ALGIXENE

 



ALGIXENE 500 mg, Suppositoire

Présentation : Boîte de 12
Distributeur ou fabriquant : IBERMA
Composition : Naproxène
Famille : Anti-inflammatoire non stéroïdien
PPM : 40.80 Dh
Notice en français : Cliquez ici

ALGIXENE 250 mg, Gélule

Présentation : Boîte de 30
Distributeur ou fabriquant : IBERMA
Composition : Naproxène
Famille : Anti-inflammatoire non stéroïdien
PPM : 47.90 Dh
Notice en français : Cliquez ici

 

 
Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

Elles procèdent de l'activité anti-inflammatoire du naproxène, de l'importance des manifestations d'intolérance auxquelles le médicament donne lieu et de sa place dans l'éventail des produits anti-inflammatoires actuellement disponibles.
Elles sont limitées, chez l'adulte et l'enfant à partir de 15 ans, au :
- traitement symptomatique au long cours :
. des rhumatismes inflammatoires chroniques, notamment polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante ou syndromes apparentés tels que le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter et rhumatisme psoriasique,
. de certaines arthroses invalidantes et douloureuses.
- traitement symptomatique de courte durée des poussées aiguës des :
. rhumatismes abarticulaires tels que périarthrites scapulo-humérales, tendinites, bursites,
. arthroses,
. lombalgies,
. radiculalgies,
. affections aiguës post-traumatiques bénignes de l'appareil locomoteur.
- dysménorrhées après recherche étiologique.
Il s'agit d'une thérapeutique d'appoint d'affections non rhumatologiques ; les risques encourus, en particulier l'extension d'un processus septique concomitant, doivent être évalués par rapport au bénéfice attendu.
- Elles sont limitées chez l'enfant à partir de 25 kg et capable de déglutir (soit environ à partir de 6 ans), à la polyarthrite chronique juvénile.

Posologie NAPROXENE TEVA 250 mg Comprimé Boîte de 12

Mode d'administration :
voie orale.
Les comprimés sont à avaler tels quels, avec un grand verre d'eau.
Posologie :
- adulte :
. traitement d'attaque : 4 comprimés de 250 mg, soit 1000 mg par jour.
. traitement d'entretien : 2 comprimés à 250 mg, soit 500 mg par jour.
- enfant à partir de 25 kg :
la posologie moyenne est de 10 mg/kg par jour.
Fréquence d'administration :
- les comprimés sont à prendre au cours d'un repas,
- la posologie est à répartir en 1 ou 2 prises.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament est contre-indiqué dans les cas suivants :
- antécédents d'allergie ou d'asthme déclenchés par la prise de naproxène ou de substances d'activité proche telles que autres AINS, aspirine,
- ulcère gastroduodénal en évolution,
- insuffisance hépatocellulaire sévère,
- insuffisance rénale sévère,
- enfant de moins de 25 kg et ne sachant pas déglutir, soit environ de moins de 6 ans (en raison du caractère inadapté du dosage unitaire),
- à partir du 6ème mois de grossesse : au cours du 3ème trimestre, tous les inhibiteurs de synthèse des prostaglandines peuvent exposer le foetus à une toxicité cardiopulmonaire (hypertension pulmonaire avec fermeture prématurée du canal artériel), un dysfonctionnement rénal pouvant aller jusqu'à l'insuffisance rénale avec oligohydramnios ; la mère et l'enfant, en fin de grossesse, à un allongement éventuel du temps de saignement. En conséquence, en dehors d'utilisations obstétricales extrêmement limitées et qui justifient une surveillance spécialisée, la prescription d'AINS est contre-indiquée à partir du 6ème mois.
DECONSEILLE :
Allaitement : les AINS passant dans le lait maternel, par mesure de précaution, il convient d'éviter de les administrer chez la femme qui allaite.
Ce médicament est généralement déconseillé en association avec :
- les anticoagulants oraux,
- d'autres AINS (y compris les salicylés à fortes doses),
- l'héparine,
- le lithium,
- le méthotrexate à partir de 15 mg/semaine,
- la ticlopidine.

Effets indésirables Naproxene Teva

- Effets gastro-intestinaux : ont été surtout rapportés des troubles gastro-intestinaux à type d'épigastralgies, souvent légères ou modérées, de nausées, de vomissements, de ballonnements abdominaux et exceptionnellement d'ulcères, d'hémorragies gastro-intestinales et/ou de perforations. Ces hémorragies digestives sont d'autant plus fréquentes que la posologie utilisée est élevée.
- Réactions d'hypersensibilité :
. dermatologique : rash cutané, urticaire, aggravation d'urticaire chronique, prurit,
. respiratoire : asthme. La survenue de crise d'asthme chez certains sujets peut être liée à une allergie à l'aspirine ou à un AINS. Dans ce cas, ce médicament est contre-indiqué,
. générales : oedème de Quincke, vascularite, réactions anaphylactoïdes aux composants.
- Effets sur le système nerveux central :
. céphalées, vertiges, insomnies, bourdonnements d'oreille, troubles de l'audition, difficultés de concentration, des troubles de l'idéation, troubles visuels.
- Réactions cutanées : la survenue de dermatoses bulleuses (Stevens-Johnson et syndrome de Lyell) est tout à fait exceptionnelle.
- Autres :
. des pneumonies à éosinophiles,
. des stomatites ulcéreuses,
. des méningites aseptiques,
. des réactions rénales : néphropathies. Des cas isolés de nécrose tubulaire et papillaire, de néphrite interstitielle avec hématurie et protéinurie et occasionnellement un syndrome néphrotique ont été rapportés,
. survenue possible d'oedèmes périphériques légers, chez les patients dont la fonction cardiaque est compromise.
- Quelques modifications biologiques ont pu être observées :
. hématologiques : granulocytopénie, thrombocytopénie, anémie aplasique et hémolytique ;
. hépatiques : ictère, exceptionnellement hépatite sévère ; quelques cas de modifications transitoires et réversibles des tests de la fonction hépatique ont été signalés.
 

Précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
- Les patients présentant un asthme associé à une rhinite chronique, à une sinusite chronique et/ou à une polypose nasale, ont un risque de manifestation allergique lors de la prise d'aspirine et/ou d'anti-inflammatoires non stéroïdiens plus élevé que le reste de la population. L'administration de naproxène peut déclencher une crise d'asthme.
- En raison de la gravité possible des manifestations gastro-intestinales, notamment chez les malades soumis à un traitement anticoagulant, il convient de surveiller particulièrement l'apparition d'une symptomatologie digestive.
En cas d'hémorragie gastro-intestinale, interrompre immédiatement le traitement.
- Ce produit doit être utilisé avec précaution dans les affections de nature infectieuse ou comportant un risque infectieux même bien contrôlé ; en effet :
. le naproxène pourrait être susceptible de réduire les défenses naturelles de l'organisme contre l'infection,
. le naproxène pourrait être susceptible de masquer les signes et les symptômes habituels de l'infection.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Le naproxène existe sous forme d'autres dosages qui peuvent être plus adaptés.
- La survenue de crise d'asthme chez certains sujets peut être liée à une allergie à l'aspirine ou aux AINS. Dans ce cas, ce médicament est contre-indiqué.
- Le naproxène sera administré avec prudence et sous surveillance particulière chez les malades ayant des antécédents digestifs (ulcère gastroduodénal, hernie hiatale, hémorragie digestive).
- Utilisation chez les personnes âgées :
. une surveillance est recommandée, en cas de posologie élevée. Une étude a montré que, chez les personnes âgées, la concentration plasmatique en ion Naproxène libre est doublée bien que la concentration plasmatique totale soit inchangée,
. une réduction de la posologie doit être envisagée en cas de diminution de l'élimination rénale.
- Comme le naproxène et ses métabolites sont éliminés en grande partie (95 pour cent) dans les urines par filtration glomérulaire, le naproxène doit être utilisé avec prudence chez les patients dont la fonction rénale est perturbée ; le contrôle de la créatinine est recommandé. Des doses les plus faibles possibles doivent être utilisées chez ces patients.
- En début de traitement, une surveillance attentive du volume de la diurèse et de la fonction rénale est nécessaire chez les malades insuffisants cardiaques, hépatiques et rénaux chroniques, chez les patients prenant un diurétique, après une intervention chirurgicale majeure ayant entraîné une hypovolémie, et particulièrement chez les sujets âgés.
- Grossesse : dans l'espèce humaine, aucun effet malformatif particulier n'a été signalé. Cependant, des études épidémiologiques complémentaires sont nécessaires afin de confirmer l'absence de risque. En conséquence, la prescription d'AINS ne doit être envisagée que si nécessaire pendant les 5 premiers mois de la grossesse.
- Associations nécessitant des précautions d'emploi : diurétiques, inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC), inhibiteurs de l'angiotensine II ; méthotrexate, utilisé à des doses inférieures à 15 mg/semaine ; pentoxifylline, zidovudine.

Grossesse et allaitement

Grossesse :
Dans l'espèce humaine, aucun effet malformatif particulier n'a été signalé. Cependant, des études épidémiologiques complémentaires sont nécessaires afin de confirmer l'absence de risque.
Au cours du 3ème trimestre, tous les inhibiteurs de synthèse des prostaglandines peuvent exposer :
- le foetus à :
. une toxicité cardiopulmonaire (hypertension pulmonaire avec fermeture prématurée du canal artériel),
. un dysfonctionnement rénal pouvant aller jusqu'à l'insuffisance rénale avec oligohydramnios,
- la mère et l'enfant, en fin de grossesse, à un allongement éventuel du temps de saignement.
En conséquence, la prescription d'AINS ne doit être envisagée que si nécessaire pendant les 5 premiers mois de la grossesse.
En dehors d'utilisations obstétricales extrêmement limitées et qui justifient une surveillance spécialisée, la prescription d'AINS est contre-indiquée à partir du 6ème mois.
Allaitement :
Les AINS passant dans le lait maternel, par mesure de précaution, il convient d'éviter de les administrer chez la femme qui allaite.

Effet sur la conduite de véhicules

Prévenir les patients de l'apparition possible de vertiges et de troubles visuels.

Comment ça marche ?

L'absorption est rapide et complète.
La concentration plasmatique maximale est de 77,4 µg/ml.
Elle est atteinte en moins d'une heure après administration.
A des doses supérieures à 500 mg, l'élévation plasmatique du naproxène n'est pas proportionnelle à la dose ingérée.
La demi-vie plasmatique est de 13 heures.
La fixation sur les protéines plasmatiques est d'environ 99 pour cent.
La cinétique chez le sujet âgé : voir précautions d'emploi.
L'élimination de la dose administrée se fait essentiellement par les urines :
- 70 pour cent sous forme inchangée ou conjuguée,
- 28 pour cent sous une forme déméthylée soit inchangée soit conjuguée.
 

 


Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire