APURONE

 



APURONE 400 mg , Comprimé

Présentation : Boîte de 30
Distributeur ou fabriquant : MAPHAR
Composition : Flumequine
PPM : 103.60 Dh

 

 

Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

Elles procèdent de l'activité antibactérienne et des caractéristiques pharmacocinétiques de la fluméquine. Elles tiennent compte à la fois des études cliniques auxquelles a donné lieu ce médicament et de sa place dans l'éventail des produits antibactériens actuellement disponibles.
Elles sont limitées aux infections urinaires basses non compliquées aiguës ou récidivantes de l'adulte, dues aux germes définis comme sensibles.
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.

Posologie APURONE 400 mg

1 comprimé à 400 mg, trois fois par jour.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité à la fluméquine ou à un produit de la famille des quinolones.
- En l'absence d'étude clinique réalisée chez l'enfant, l'utilisation de la fluméquine n'est pas indiquée avant l'âge de 15 ans.
- Déficit en glucose-6-phosphate-déshydrogénase.
- Allaitement : l'administration de ce médicament contre-indique l'allaitement, en raison du passage des quinolones dans le lait maternel et du risque articulaire pour le nouveau-né allaité.
DECONSEILLE :
Grossesse : l'utilisation de la fluméquine est déconseillée pendant la grossesse. En effet, les données cliniques sont insuffisantes, et les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène (fentes palatines) dans une espèce. Cet élément ne constitue pas l'argument pour conseiller une interruption de grossesse, car lorsqu'il existe un effet malformatif chez l'animal, il n'est pas systématiquement retrouvé chez l'Homme. En cas d'exposition au 1er trimestre de la grossesse, une surveillance prénatale orientée sur la face peut être envisagée. Par ailleurs, des atteintes articulaires ont été décrites chez des enfants traités par des quinolones, mais à ce jour aucun cas d'arthropathie secondaire à une exposition in utero n'est rapporté.

Effets indésirables Apurone

- Troubles digestifs : gastralgies, nausées, vomissements, diarrhée. Ces effets peuvent être prévenus ou minorés par administration des comprimés après les repas.
- Manifestations allergiques : érythème localisé, prurit, rash ; exceptionnellement, oedème de Quincke, choc anaphylactique.
- Manifestations neurosensorielles : étourdissement passager, flou de la vision, vertiges.
 

Précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
Eviter l'exposition au soleil ou aux rayonnements ultraviolets pendant le traitement en raison du risque éventuel de photosensibilisation décrit pour toutes les quinolones.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Surveiller les malades sous anticoagulants.
- Antécédents convulsifs.
- Insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine 10 ml/minute).
- Insuffisance hépatique sévère.

Interactions avec d'autres médicaments

- Potentialisation des anticoagulants oraux.
- La recherche de glucose dans les urines par technique de réduction (type Clini-Test) n'est pas rendue positive par la prise de fluméquine.
- Influence de la fluméquine sur la recherche des 17-cétostéroïdes urinaires et celle de l'acide vanylmandélique urinaire non encore documentée.
PROBLEMES PARTICULIERS DU DESEQUILIBRE DE L'INR :
De nombreux cas d'augmentation de l'activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l'âge et l'état général du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l'INR. Cependant, certaines classes d'antibiotiques sont davantage impliquées : il s'agit notamment des fluoroquinolones, des macrolides, des cyclines, du cotrimoxazole et de certaines céphalosporines.

Grossesse et allaitement

Grossesse :
L'utilisation de la fluméquine est déconseillée pendant la grossesse.
En effet, les données cliniques sont insuffisantes, et les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène (fentes palatines) dans une espèce (voir données de sécurité précliniques). Cet élément ne constitue pas l'argument pour conseiller une interruption de grossesse, car lorsqu'il existe un effet malformatif chez l'animal, il n'est pas systématiquement retrouvé chez l'Homme. En cas d'exposition au 1er trimestre de la grossesse, une surveillance prénatale orientée sur la face peut être envisagée.
Par ailleurs, des atteintes articulaires ont été décrites chez des enfants traités par des quinolones, mais à ce jour aucun cas d'arthropathie secondaire à une exposition in utero n'est rapporté.
Allaitement :
L'administration de ce médicament fait contre-indiquer l'allaitement, en raison du passage des quinolones dans le lait maternel et du risque articulaire pour le nouveau-né allaité.

Comment ça marche ?

ABSORPTION :
Après administration par voie orale de 400 mg de fluméquine, le produit est rapidement et fortement absorbé, avec apparition de la fluméquine en 30 minutes environ dans le sang.
DISTRIBUTION :
- Pic plasmatique atteint entre 2 et 3 heures.
- Concentration sérique maximale de l'ordre de 17 µg/ml.
- Concentration urinaire maximale de l'ordre de 280 µg/ml.
- Volume apparent de distribution : 34 +/- 7,7 L.
- Clairance corporelle : 2,34 L/heure.
- Demi-vie : environ 10 heures, avec des concentrations plasmatiques et tissulaires élevées de façon prolongée.
- Liaison aux protéines : 70% environ.
- Liposolubilité permettant en particulier la pénétration parenchymateuse prostatique.
- Diffusion tissulaire : au septième jour de traitement à raison de 1,20 g de fluméquine/jour :
. tissu rénal : 6,50 µg/g de tissu sec ;
. tissu prostatique : 2,65 µg/g de tissu sec.
BIOTRANSFORMATION :
Hydroxylation et glycuroconjugaison du dérivé formé.
EXCRETION :
- Urines : apparition de fluméquine dès la 2ème heure suivant l'administration orale. Dans les 24 heures, environ 60 à 70% de la dose administrée sont retrouvés dans les urines dont 10% sous forme active. Après administration unique, la concentration maximale, voisine de 280 µg/ml, est atteinte entre la 3ème et la 6ème heure. La présence de fluméquine est encore notable au-delà de la 12ème heure.
- Fèces : dans les 24 heures, l'excrétion est voisine de 5 à 10%.
 

 


Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire