ATROPINE

 



ATROPINE 0,25 mg PROMOPHARM Ampoule injectable de 1 ml

Présentation : Boîte de 10/100
Distributeur ou fabriquant : PROMOPHARM
Composition : Atropine sulfate
PPM : 17.85/18.85 Dh
 

ATROPINE 0,50 mg PROMOPHARM Ampoule injectable de 1 ml

Présentation : Boîte de 10/100
Distributeur ou fabriquant : PROMOPHARM
Composition : Atropine sulfate
PPM : 18.85 Dh
 

ATROPINE 1 mg PROMOPHARM Ampoule injectable de 1 ml

Présentation : Boîte de 10/100
Distributeur ou fabriquant : PROMOPHARM
Composition : Atropine sulfate
PPM : 21.00 D

 

 

Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

- Pré-anesthésie : protection des manifestations vagales (bradycardie à l'induction).
- Bloc auriculoventriculaire ou atrioventriculaire.
- Dans l'infarctus : prévention et traitement des blocs auriculoventriculaires et des bradycardies sinusales.
- Traitement symptomatique des manifestations douloureuses aiguës liées aux troubles fonctionnels du tube digestif et des voies biliaires.
- Traitement symptomatique des manifestations spasmodiques et douloureuses des voies urinaires.

Posologie ATROPINE (SULFATE) LAVOISIER 0,25 mg/ml Solution injectable Boîte de 10 Ampoules bouteilles de 1 ml

Voie sous-cutanée ou intraveineuse lente, selon l'indication.
La spécialité doit être administrée sous contrôle médical.
- Antispasmodique (voie SC) :
. chez l'adulte : 0,25 à 1 mg toutes les 6 heures ; posologie maximale : 2 mg/24 h.
. chez l'enfant :
au-dessus de 6 ans : 0,5 mg en dose unique,
entre 2 et 6 ans : 0,25 mg en dose unique.
- Médication pré-anesthésique (voie SC) :
. chez l'adulte : 1 mg,.
. chez l'enfant (de 30 mois à 15 ans) : 0,1 mg à 0,5 mg,
. chez le nourrisson (de 1 à 30 mois) : 0,1 mg à 0,3 mg.
- En cardiologie (voie IV lente) : chez l'adulte : 0,5 à 1 mg.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament ne doit pas être administré en cas de :
- hypersensibilité à l'un des constituants,
- risque de glaucome par fermeture de l'angle,
- risque de rétention urinaire liée à des troubles urétroprostatiques,
- en cas d'allaitement : le passage de l'atropine dans le lait maternel peut entraîner un surdosage chez le nourrisson, avec notamment des signes de toxicité neurologique. De surcroît, l'atropine diminue la sécrétion lactée. En conséquence, si la prise de ce médicament apparaît réellement indispensable, l'allaitement est contre-indiqué.
DECONSEILLE :
Ce médicament est généralement déconseillé au cours du dernier trimestre de la grossesse : les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène de l'atropine dans une seule espèce et à doses très élevées. En clinique, l'utilisation de l'atropine au cours d'un nombre limité de grossesses n'a apparemment révélé aucun effet malformatif ou foetotoxique particulier à ce jour. Toutefois, des études complémentaires sont nécessaires pour évaluer les conséquences d'une exposition en cours de grossesse. En conséquence, par mesure de précaution, il est préférable de ne pas utiliser l'atropine pendant la grossesse.

Effets indésirables Atropine Lavoisier

- sécheresse buccale,
- épaississement des sécrétions bronchiques,
- diminution de la sécrétion lacrymale,
- troubles de l'accommodation,
- tachycardie, palpitations,
- constipation,
- rétention d'urine,
- excitabilité,
- irritabilité, confusion mentale chez les personnes âgées.
Un ajustement de la posologie peut permettre de diminuer ou de faire disparaître ces effets.
 

Précautions d'emploi

- Utiliser avec prudence en cas de :
. hypertrophie prostatique ;
. insuffisance rénale et/ou hépatique ;
. insuffisance coronarienne, troubles du rythme, hyperthyroïdie ;
. bronchite chronique (en raison de l'accroissement de la viscosité des sécrétions bronchiques) ;
. iléus paralytique, atonie intestinale chez les sujet âgés, mégacôlon toxique.
- Ne pas mélanger avec d'autres médicaments au moment de l'emploi.
- Grossesse 1er trimestre et 2ème trimestre : les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène de l'atropine dans une seule espèce et à doses très élevées. En clinique, l'utilisation de l'atropine au cours d'un nombre limité de grossesses n'a apparemment révélé aucun effet malformatif ou foetotoxique particulier à ce jour. Toutefois, des études complémentaires sont nécessaires pour évaluer les conséquences d'une exposition en cours de grossesse. En conséquence, par mesure de précaution, il est préférable de ne pas utiliser l'atropine pendant la grossesse.

Interactions avec d'autres médicaments

ASSOCIATIONS A PRENDRE EN COMPTE :
Autres substances atropiniques : antidépresseurs imipraminiques, les antihistaminiques H1 sédatifs, antiparkinsoniens anticholinergiques, disopyramide (anti-arythmique de la classe la), méquitazine, neuroleptiques phénothiaziniques.
Addition des effets indésirables atropiniques à type de rétention urinaire, constipation, sécheresse de la bouche...

Grossesse et allaitement

Grossesse :
Les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène de l'atropine dans une seule espèce et à doses très élevées.
En clinique, l'utilisation de l'atropine au cours d'un nombre limité de grossesses n'a apparemment révélé aucun effet malformatif ou foetotoxique particulier à ce jour. Toutefois, des études complémentaires sont nécessaires pour évaluer les conséquences d'une exposition en cours de grossesse.
En conséquence, par mesure de précaution, il est préférable de ne pas utiliser l'atropine pendant la grossesse.
Allaitement :
Le passage de l'atropine dans le lait maternel peut entraîner un surdosage chez le nourrisson, avec notamment des signes de toxicité neurologique. De surcroît, l'atropine diminue la sécrétion lactée.
En conséquence, si la prise de ce médicament apparaît réellement indispensable, l'allaitement est contre-indiqué.


Effet sur la conduite de véhicules

Prévenir les conducteurs de véhicule et les utilisateurs de machine du risque lié aux troubles de l'accommodation.

Comment ça marche ?

La demi-vie est de 2 h à 2 h 30.
Le métabolisme se fait par hydrolyse et glucuroconjugaison.
L'élimination est urinaire, 1/3 sous forme inchangée, 2/3 sous forme glucuroconjuguée.
L'atropine passe la barrière placentaire et est excrétée dans le lait maternel.
 

 


Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire