CLOMID

 



 

CLOMID 50 mg , Comprimé

Présentation : Boîte de 10
Distributeur ou fabriquant : MAPHAR
Composition : Clomifene citrate
PPM : 130.60 Dh

 

 
Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

- Traitement de la stérilité par anovulation et dysovulation normoprolactinémiques d'origine haute fonctionnelle :
. stérilité par anovulation fonctionnelle ;
. stérilité par dysovulation fonctionnelle :
* "corps jaune inadéquat",
* phase lutéale courte,
. syndrome des ovaires polykystiques.
- Test à visée à la fois diagnostique et thérapeutique :
. dans certaines aménorrhées d'origine hypothalamo-hypophysaire,
. dans les aménorrhées durables consécutives à la contraception orale (après avoir vérifié que le taux de prolactine plasmatique est normal).
- Induction de l'ovulation dans le cadre de l'assistance médicale à la procréation (insémination intra-utérine, FIV).


Posologie CLOMID 50 mg Comprimé sécable Boîte de 5

- Traitement de la stérilité par anovulation et dysovulation normoprolactinémiques d'origine haute fonctionnelle :
. Stérilité par anovulation, stérilité par dysovulation ("corps jaune inadéquat", phase lutéale courte) :
Posologie : 2 comprimés par jour (soit 100 mg) pendant 5 jours.
. Syndrome des ovaires polykystiques :
Posologie initiale : 1 comprimé par jour (soit 50 mg) pendant 5 jours.
Le traitement débutera 2 à 5 jours après le début d'une hémorragie de privation, naturelle ou induite par un progestatif, ou bien, en l'absence de cycle, un jour arbitrairement choisi par le médecin traitant.
Lorsque cette posologie aura permis d'obtenir une ovulation, il est préférable de prescrire le traitement un cycle sur deux car une ovulation survient souvent spontanément lors du cycle non traité. En cas d'ovulation, il n'y a aucun avantage à augmenter la posologie dans les cycles suivants. Dans le cas contraire (pas de décalage thermique, progestérone plasmatique au 20ème-26ème jour du cycle < 3 ng/ml), on prescrira au cours du second cycle de traitement 100 mg par jour pendant 5 jours (2 comprimés en une seule prise quotidienne). Si l'anovulation persiste, la posologie sera augmentée à 3 comprimés par jour pendant 5 jours le cycle suivant.
L'essai thérapeutique avec CLOMID ne doit pas excéder 6 à 9 cycles. Lorsqu'on aura obtenu une ovulation, sans que celle-ci soit suivie de grossesse, on pourra en effet persévérer jusqu'à un total de 6 cycles de traitement, à la posologie efficace.
Si aucune ou trop peu (< = 50% des cycles) d'ovulation n'est obtenue à la posologie maximale, la patiente doit être considérée comme résistante à CLOMID et il convient alors de réenvisager la stratégie thérapeutique.
Certaines patientes avec ovaires polymicrokystiques peuvent être hypersensibles à CLOMID, même à la posologie initiale (50 mg/jour).
En ce cas, la posologie pour les cycles suivants peut être diminuée à 1/2 comprimé par jour (25 mg/jour).
Il est important de rappeler au couple la nécessité de rapports sexuels réguliers lors de la période de fécondité présumée.
- Test à visée à la fois diagnostique et thérapeutique :
Ce test est utilisé pour le diagnostic des insuffisances gonadotropes s'il y a un désir de grossesse. Posologie : 2 comprimés/jour (soit 100 mg) pendant 5 jours consécutifs et pendant un seul cycle.
- Induction de l'ovulation dans le cadre des procréations médicalement assistées (FIV...) :
Certains protocoles de stimulation ovarienne utilisent CLOMID (2 comprimés par jour du 2ème au 6ème jour du cycle) suivi d'hMG pendant plusieurs jours afin d'entraîner la maturation de plusieurs follicules.


Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Affections hépatiques sévères ou récentes.
- Hémorragies gynécologiques d'étiologies non diagnostiquées.
- Tumeurs hormonodépendantes.
- Kystes organiques de l'ovaire.
- Troubles visuels pendant le traitement ou lors de traitements antérieurs.
DECONSEILLE :
Grossesse : les études chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène. En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de ce médicament lorsqu'il est administré pendant la grossesse. Il n'y a pas d'indication pour ce médicament pendant la grossesse. Toutefois, en cas d'exposition fortuite, il n'y a pas d'argument pour conseiller une interruption de grossesse.




Effets indésirables Clomid

- Hyperstimulation ovarienne (voir mises en garde et précautions d'emploi).
- Risque modéré de grossesse multiple.
- Insuffisance de glaire cervicale du fait de l'action anti-estrogénique de Clomid pouvant justifier une estrogénothérapie locale associée.
- Troubles visuels : une sensation de vision trouble, une persistance des images lumineuses, des tâches et des phosphènes (scotomes scintillants) sont observés dans environ 2% des cas (fréquence augmentant avec la dose totale reçue). Ces signes disparaissent habituellement en quelques jours à quelques semaines à l'arrêt du traitement. Leur apparition lors de toute cure contre-indique les cures ultérieures. Quelques cas rares de cataractes sous-capsulaires postérieures ont été rapportés.
- Bouffées de chaleur.
- Intolérance digestive.
- Quelques cas d'aggravation d'une endométriose préexistante ont été signalés.
- Quelques cas d'aggravation d'une psychose préexistante ont été signalés.
- Ont été signalés également : troubles asthénodépressifs, vertiges, étourdissements et sensations ébrieuses, céphalées, hyperménorrhées, saignement intermenstruel, nervosité, insomnie, urticaire ou dermatite allergique, pollakiurie.
 

Précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
- Avant l'administration de Clomid :
. S'assurer que la femme n'est pas enceinte. En cas de doute, faire pratiquer un test de grossesse sensible et fiable (revoir la patiente avant chaque cure).
. S'assurer que la cause de l'infécondité n'est pas due à une insuffisance ovarienne primitive ou à une insuffisance hypothalamo-hypophysaire d'origine organique.
. Rechercher également et éventuellement traiter de façon appropriée les autres causes possibles de stérilité, féminines et masculines.
. Le couple doit être prévenu de la probabilité plus importante d'une grossesse multiple et de ses complications éventuelles.
. Il a été rapporté dans la littérature que des médicaments utilisés dans le traitement de l'infertilité pourraient augmenter le risque de survenue de cancers de l'ovaire.
Toutefois, cette éventualité repose actuellement sur des bases épidémiologiques insuffisantes.
- Au cours du traitement :
Clomid peut entraîner une hyperstimulation ovarienne, le plus souvent modérée, exceptionnellement sévère. L'hyperstimulation ovarienne apparaît quelques jours après la fin du traitement par Clomid. On sera particulièrement attentif lorsque la patiente se plaint de douleurs pelviennes en cours de traitement, d'une augmentation de poids, d'une sensation de gonflement généralisé. Il convient alors de rechercher une augmentation de volume des ovaires par l'échographie. Une nouvelle séquence thérapeutique par Clomid ne sera reprise qu'après retour à la normale du volume ovarien. La posologie du traitement sera alors réduite.
L'hyperstimulation ovarienne sous Clomid se complique très rarement.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Chez les patientes obèses, des mesures diététiques appropriées sont recommandées tout au long du traitement, afin d'obtenir un amaigrissement significatif. Comme pour tout traitement inducteur de l'ovulation, une obésité importante doit faire différer le début du traitement et envisager en priorité des mesures diététiques.
- Clomid ne doit être employé que sous surveillance médicale spécialisée.
- Le suivi doit être clinique (signes fonctionnels, ménotherme) et éventuellement biologique avec dosage de la progestérone plasmatique, à faire réaliser entre le 20ème et le 26ème jour du cycle.
- Lors d'un cycle induit par Clomid, un éventuel traitement progestatif ne doit pas être prescrit avant le 20ème jour du cycle, afin de ne pas modifier la glaire cervicale, surtout lorsque l'ovulation est un peu tardive. Au terme d'un cycle anovulatoire, l'obtention d'une hémorragie de privation par une séquence progestative permet d'envisager sans délai une nouvelle cure thérapeutique à posologie plus élevée.


Grossesse et allaitement

Grossesse :
Les études chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène.
En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de ce médicament lorsqu'il est administré pendant la grossesse.
Il n'y a pas d'indication pour ce médicament pendant la grossesse. Toutefois, en cas d'exposition fortuite, il n'y a pas d'argument pour conseiller une interruption de grossesse.



Effet sur la conduite de véhicules

Il a été décrit des effets indésirables visuels (voir effets indésirables), particulièrement en cas de lumière d'intensité variable, pouvant interférer avec la conduite de véhicules.



Comment ça marche ?

Après administration orale, le produit est bien absorbé, l'élimination est principalement fécale, le produit et ses métabolites sont lentement éliminés par le biais d'un cycle entéro-hépatique.
 
 

 


Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire