CONTALAX

 



 

CONTALAX 5 mg , Comprimé gastrorésistant

Présentation : Boîte de 30
Distributeur ou fabriquant : MAPHAR
Composition : Bisacodyl
PPM : 12.35 Dh

 

 
Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

Traitement de courte durée de la constipation occasionnelle.


Posologie CONTALAX 5 mg Comprimé gastrorésistant Boîte de 30

Adulte : 1 à 2 comprimés par jour.
Enfant de plus de 6 ans : 1 comprimé par jour.
Si une diarrhée se manifeste, diminuer la posologie.
La durée du traitement est limitée à 8-10 jours.
Les comprimés doivent être avalés avec un peu d'eau, sans être croqués, de préférence le soir au coucher.


Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité à l'un des composants.
- Colopathies organiques inflammatoires (rectocolite ulcéreuse, maladie de Crohn...).
- Syndrome occlusif ou subocclusif.
- Syndromes douloureux abdominaux de cause indéterminée.
- Etats de déshydratation sévère avec déplétion électrolytique.
DECONSEILLE :
- Grossesse : il n'y a pas de données fiables de tératogenèse chez l'animal. En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique du bisacodyl lorsqu'il est administré pendant la grossesse. En conséquence, l'utilisation du bisacodyl est déconseillée pendant la grossesse. Cet élément ne constitue pas l'argument systématique pour conseiller une interruption de grossesse mais conduit à une attitude de prudence et à une surveillance prénatale orientée.
- Allaitement : en raison de son passage dans le lait maternel, l'utilisation du bisacodyl est déconseillée.
- Associations déconseillées : médicaments donnant des torsades de pointes (amiodarone, astémizole, bépridil, brétylium, disopyramide, érythromycine IV, halofantrine, pentamidine, quinidiniques, sparfloxacine, sotalol, sultopride, terfénadine, vincamine).


Effets indésirables Contalax

- Risque de diarrhée et de douleurs abdominales, en particulier chez des sujets souffrant de côlon irritable.
- Risque d'hypokaliémie.
- Coloration anormale des urines sans signification clinique.
 

Sommaire
  • Précautions
  • Interactions
  • Grossesse et Allaitement
  • Comment ça marche
  • Retour aux indications

Précautions d'emploi

- Le traitement médicamenteux de la constipation n'est qu'un adjuvant au traitement hygiénodiététique :
. enrichissement de l'alimentation en fibres végétales et en boissons,
. conseils d'activité physique et de rééducation de l'exonération.
- Chez l'enfant, la prescription de laxatifs doit être exceptionnelle : elle doit prendre en compte le risque d'entraver le fonctionnement normal du réflexe d'exonération.
- Une utilisation prolongée dans le cadre du traitement de la constipation est déconseillée ; la prise prolongée peut entraîner :
a) la "maladie des laxatifs" avec colopathie fonctionnelle sévère, mélanose rectocolique, anomalies hydro-électrolytiques avec hypokaliémie ;
b) une situation de "dépendance" avec besoin régulier de laxatifs, nécessité d'augmenter la posologie et constipation sévère en cas de sevrage.
- En cas de diarrhée ou de douleurs abdominales, arrêter le produit.
- Associations nécessitant des précautions d'emploi : digitaliques ; autres hypokaliémiants [diurétiques hypokaliémiants (seuls ou associés), amphotéricine B (voie IV), corticoïdes (par voie générale), tétracosactide].



Interactions avec d'autres médicaments

ASSOCIATIONS DECONSEILLEES :
Médicaments donnant des torsades de pointes (amiodarone, astémizole, bépridil, brétylium, disopyramide, érythromycine IV, halofantrine, pentamidine, quinidiques, sparfloxacine, sotalol, sultopride, terfénadine, vincamine) :
Risque majoré de troubles ventriculaires, notamment de torsade de pointes, favorisé par l'hypokaliémie. Utiliser un laxatif non stimulant ou une spécialité ne contenant pas d'anthracénique.
ASSOCIATIONS NECESSITANT DES PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Digitaliques :
Hypokaliémie favorisant les effets toxiques des digitaliques. Surveillance de la kaliémie et, s'il y a lieu, ECG. Utiliser un laxatif non stimulant ou une spécialité ne contenant pas d'anthracénique.
- Autres hypokaliémiants [diurétiques hypokaliémiants (seuls ou associés), amphotéricine B (voie IV), corticoïdes (gluco, minéralo par voie générale), tétracosactide] :
Risque majoré d'hypokaliémie (effet additif). Surveillance de la kaliémie et, si besoin, correction. Utiliser un laxatif non stimulant ou une spécialité ne contenant pas d'anthracénique.


Grossesse et allaitement

Grossesse :
Il n'y a pas de données fiables de tératogenèse chez l'animal.
En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique du bisacodyl lorsqu'il est administré pendant la grossesse.
En conséquence, l'utilisation du bisacodyl est déconseillée pendant la grossesse. Cet élément ne constitue pas l'argument systématique pour conseiller une interruption de grossesse mais conduit à une attitude de prudence et à une surveillance prénatale orientée.
Allaitement :
En raison de son passage dans le lait maternel, l'utilisation du bisacodyl est déconseillée pendant l'allaitement.



Comment ça marche ?

Administré par voie orale, le bisacodyl est faiblement résorbé et essentiellement éliminé dans les fèces, tandis que la fraction absorbée au niveau du grêle est désacétylée, puis glycuroconjuguée. Enfin, elle est partiellement éliminée sous cette forme dans les urines. Le bisacodyl suit en partie le cycle entéro-hépatique.
 
 

 


Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire

 
×