ETOPOSIDE

 



ETOPOSIDE Cooper 100 mg, Solution Injectable

Présentation : Boîte de 5 Flacon de 5 ml
Distributeur ou fabriquant : COOPER PHARMA
Composition : Etoposide

ETOPOSIDE Cooper 100 mg, Solution Injectable

Présentation : Boîte de 1 Flacon de 5 ml
Distributeur ou fabriquant : COOPER PHARMA
Composition : Etoposide
PPM : 118.00 Dh

ETOPOSIDE Cooper 50 mg, Capsule

Présentation : Boîte de 4/10
Distributeur ou fabriquant : COOPER PHARMA
Composition : Etoposide

ETOPOSIDE EBEWE 20 mg/ml Solution à diluer pour perfusion

Présentation : Flacon de 2,5 ml
Distributeur ou fabriquant : POLYMEDIC
Composition : Etoposide
PPM : 62.00 Dh

ETOPOSIDE EBEWE 20 mg/ml Solution à diluer pour perfusion

Présentation : Flacon de 5 ml
Distributeur ou fabriquant : POLYMEDIC
Composition : Etoposide
PPM : 118.00 Dh

ETOPOSIDE MERCK 20mg/ml solution pour perfusion 0

Présentation : Boîte de 10 flacons de 5 ml
Distributeur ou fabriquant : SYNTHEMEDIC
Composition : Etoposide
PPM : 1470.00 Dh

 

 
Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

L'Etoposide a démontré son activité en monochimiothérapie ; toutefois, il n'est habituellement utilisé qu'en association, dans les protocoles de polychimiothérapie dans :
- les carcinomes embryonnaires du testicule,
- les cancers bronchiques à petites cellules,
- les cancers bronchiques non à petites cellules,
- les choriocarcinomes placentaires,
- les cancers du sein antérieurement traités,
- les lymphomes malins hodgkiniens et non hodgkiniens,
- les leucémies aiguës : dans le traitement d'induction de la rémission complète des formes en rechute, et dans certaines modalités de traitement d'entretien de la rémission complète.
Dans ces deux dernières indications que sont les lymphomes malins et les leucémies aiguës, l'étoposide peut être également utilisé dans les protocoles d'intensification thérapeutique.
L'activité immunosuppressive de l'étoposide administré seul dans la prévention du rejet de la greffe n'est pas documentée.

Posologie ETOPOSIDE 100 mg/5 ml 20 mg/ml Solution injectable pour perfusion Boîte de 10 Flacons de 5 ml

- Par voie intraveineuse, le produit s'administre dans une perfusion de sérum physiologique ou de sérum glucosé, d'une durée qui ne doit pas être inférieure à 60 min. La dilution doit se faire extemporanément.
- Les doses unitaires usuelles sont comprises entre 80 et 300 mg/m²/24 h, en cures de 3 à 5 jours tous les 21 à 28 jours.
- Dans les protocoles d'intensification thérapeutique (leucémies aiguës, lymphomes malins) :
. 40 à 60 mg/kg en dose unique, lorsque l'étoposide est associé à l'irradiation corporelle totale fractionnée,
ou :
. 40 mg/kg en dose unique ou 300-400 mg/m² pendant 3 jours consécutifs, lorsque l'étoposide est associé à d'autres chimiothérapies,
3 à 8 jours avant la greffe, en perfusion sur 4 heures.
- L'étoposide peut être dilué dans des solutions injectables de chlorure de sodium à 0,9 pour cent, de glucose à 5 pour cent, de B27.
- Une solution diluée non limpide ne doit pas être utilisée.
- Les temps de passage de la perfusion ne doivent pas être inférieurs à 60 minutes. En particulier, l'injection intraveineuse directe est proscrite.

Contre indications

- Hypersensibilité antérieure démontrée vis-à-vis de ce médicament.
- Grossesse et allaitement.
L'injection intraveineuse directe est proscrite.

Effets indésirables Etoposideb100 MG/5 ML

- Leucopénie et, plus rarement, thrombopénie, réversibles et non cumulatives (voir précautions d'emploi), dépendantes de la dose (facteur limitant).
- Une hypotension artérielle peut être observée en cas d'administration intraveineuse trop rapide, inférieure à 60 min (voir posologie et mode d'administration).
- Des réactions anaphylactiques (notamment cardiopulmonaires) peuvent être occasionnellement observées. Elles imposent l'arrêt de la perfusion.
- Des doses cumulées élevées d'étoposide peuvent accroître le risque de leucémie myéloïde aiguë secondaire, en particulier chez l'enfant traité pour lymphome non hodgkinien. Ce risque est évalué à 1,4% entre la seconde et la sixième année suivant l'instauration du traitement dans les lymphomes non Hodgkiniens, et à 0,5% dans les lymphomes Hodgkiniens et les leucémies lymphoïdes aiguës. Ce risque doit être comparé aux bénéfices attendus du traitement.
- Nausées et vomissements, dans un tiers des cas environ.
- Alopécie réversible et inconstante.
- Paresthésies périphériques : rarement.
- L'apparition de mucites sévères représente un facteur limitant aux fortes doses (à partir de doses totales supérieures ou égales à 2000 mg).
 

Précautions d'emploi

Cette spécialité est réservée à l'usage hospitalier.
- Une surveillance médicale stricte doit être assurée. En particulier, des contrôles sanguins réguliers et périodiques (commençant avant la prescription du produit, qu'il s'agisse d'une première administration ou d'une reprise de traitement) sont indispensables.
L'utilisation doit être pesée en fonction du risque de myélosuppression chez les sujets ayant une leucopénie inférieure à 3000/mm3 et/ou une thrombopénie inférieure à 100000/mm3.
- Chez l'insuffisant rénal dont la clairance plasmatique à la créatinine est inférieure à 60 ml/min, il convient de réduire les doses en fonction de ce paramètre pour chaque patient (voir éléments de pharmacocinétique).
- L'étoposide en solution injectable n'est utilisable que par voie intraveineuse stricte en perfusion (voir posologie et mode d'administration).
- Conduite à tenir en cas d'extravasation sous perfusion intraveineuse :
. arrêter la perfusion aux premiers signes de brûlures,
. injecter par voie sous-cutanée un corticoïde (100 à 300 mg d'hydrocortisone ou 4 à 12 mg de dexaméthasone) autour de la lésion,
. appliquer une pommade à l'hydrocortisone à 1% sur la zone infiltrée, jusqu'à disparition de l'érythème,
. appliquer des pansements secs, pendant 24 h, sur la zone infiltrée.

Interactions avec d'autres médicaments

A PRENDRE EN COMPTE :
- ciclosporine (risque d'immunodépression excessive et de pseudolymphomes) ;
- vaccins vivants atténués (risque de maladie généralisée éventuellement mortelle) ; utiliser le vaccin inactivé lorsqu'il existe.

Grossesse et allaitement

L'utilisation de l'étoposide est contre-indiquée chez la femme enceinte et en cas d'allaitement (voir contre-indications).

Comment ça marche ?

- La distribution dans le liquide céphalorachidien est variable et faible ; le produit se distribue essentiellement dans le foie, le rein, la rate, le cerveau, le coeur, l'intestin.
- Environ 94% du produit circulant sont liés aux protéines plasmatiques.
- Après administration par voie intraveineuse, les concentrations plasmatiques augmentent proportionnellement à la dose injectée dans l'intervalle de doses allant de 0 à 3 g/m². La rapidité de l'élimination de l'étoposide est compatible avec le délai respecté entre la fin de la chimiothérapie d'intensification et la réinjection de cellules souches hématopoïétiques (72 h, en général).
- L'étoposide est caractérisé par une demi-vie plasmatique de 6,8 heures en moyenne (3-12 heures) après administration intraveineuse.
- L'élimination urinaire de l'étoposide est de l'ordre de 30 à 60%, dont 25 à 50% sous forme de produit inchangé.
- Chez l'insuffisant rénal, la clairance plasmatique est significativement corrélée avec celle de la créatinine quand celle-ci est inférieure à 60 ml/min/1,73 m², nécessitant un ajustement des doses dans cette population.
- Chez l'insuffisant hépatique, clairance et demi-vie plasmatique sont inchangées par rapport à la population de référence.
 

 

 

Pharmapress est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale.Veuillez nous signaler toute erreur ou information incomplète.Merci

Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire