GLUCONATE

 



GLUCONATE DE CALCIUM 10% PROAMP soluté injectable

Présentation : Boîte de 50 ampoules de 10ml
Distributeur ou fabriquant : HEMOLAB-PHARMA
Composition : Gluconate de calcium

 

 

Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

Traitement des hypocalcémies symptomatiques aiguës.


Posologie GLUCONATE DE CALCIUM 10 % Solution injectable pour perfusion IV Boîte de 20 Ampoules (PE) de 10 ml

La concentration normale de calcium dans le plasma est comprise entre 2,25 et 2,75 mmol ou 4,5 et 5,5 mEq par litre. Le traitement vise à restaurer ce taux. Pendant le traitement, le taux de calcium sérique doit être surveillé attentivement.
SCHEMA POSOLOGIQUE RECOMMANDE :
ADULTES :
- La dose initiale habituelle pour adulte est de 10 ml de GLUCONATE DE CALCIUM 10% B.BRAUN, solution pour perfusion, correspondant à 2,26 mmol ou 4,52 mEq de calcium.
- Si nécessaire, la dose peut être répétée en fonction de l'état clinique du patient. Les doses suivantes doivent être ajustées en fonction du taux réel de calcium sérique.
ENFANTS ET ADOLESCENTS (< 18 ANS) :
- La dose et la voie d'administration dépendent du degré de l'hypocalcémie ainsi que de la nature et de la sévérité des symptômes. Dans le cas de légers symptômes neuromusculaires, l'administration orale de calcium doit être privilégiée.
- Le tableau suivant donne les valeurs habituelles de dose initiale à titre d'information :
Age / Poids corporel : ml / Equivalent en mmol (mEq) de calcium.
. 3 mois / 5,5 kg : 2-5 ml / 0,45-1,13 (0,9-2,26).
. 6 mois / 7,5 kg : 2-5 ml / 0,45-1,13 (0,9-2,26).
. 1 an / 10 kg : 2-5 ml / 0,45-1,13 (0,9-2,26).
. 3 ans / 14 kg : 5-10 ml / 1,13-2,26 (2,26-4,52).
. 7,5 ans / 24 kg : 5-10 ml / 1,13-2,26 (2,26-4,52).
. 12 ans / 38 kg : 5-10 ml / 1,13-2,26 (2,26-4,52).
. > 12 ans / > 38 kg : comme pour les adultes.
- Ce qui correspond approximativement à :
. 0,4-1 ml/kg de poids corporel [soit 0,09-0,23 mmol (0,18-0,45 mEq) de calcium par kg de poids corporel] pour les enfants de plus de 3 ans,
. 0,2-0,5 ml/kg de poids corporel [soit 0,05-0,1 mmol (0,1-0,2 mEq) de calcium par kg de poids corporel] pour les enfants de 4 à 12 ans.
- Pour les enfants de plus de 12 ans, la dose adulte doit être appliquée.
- Dans les cas de symptômes sévères d'hypocalcémie, notamment des symptômes cardiaques, des doses initiales élevées [plus de 2 ml par kg de poids corporel, soit 0,45 mmol (0,9 mEq) de calcium par kg de poids corporel] peuvent être nécessaires pour une restauration rapide à un taux normal de calcium sérique.
De plus, si nécessaire, la dose peut être répétée en fonction de l'état clinique du patient.
Les doses suivantes doivent être ajustées en fonction du taux réel de calcium sérique.
La thérapie intraveineuse doit être suivie par une administration orale si nécessaire, notamment en cas de carence en calciférol.
PERSONNES AGEES :
Bien qu'il n'y ait aucune évidence que la tolérance du gluconate de calcium injectable soit directement affectée par un âge avancé, des facteurs pouvant être associés à l'âge, tels que l'insuffisance rénale et la sous-alimentation, pourraient indirectement affecter la tolérance et pourraient ainsi demander une réduction des doses.
MODE D'ADMINISTRATION :
- Adultes :
Injection intraveineuse lente ou injection intramusculaire profonde.
- Enfants :
Uniquement en injection intraveineuse lente ou intraveineuse en perfusion après dilution, pour atteindre des débits de perfusion suffisamment lents et éviter le risque d'irritation et de nécrose en cas d'extravasation accidentelle.
. En perfusion intraveineuse, GLUCONATE DE CALCIUM 10% B.BRAUN, solution pour perfusion doit être dilué à 1/10ème à une concentration de 10 mg/ml à l'aide de solutions pour perfusion de Chlorure de Sodium à 0,9% ou de Glucose 5%. L'injection intramusculaire ne doit pas être effectuée chez l'enfant.
. La vitesse de perfusion intraveineuse ne doit pas excéder 50 mg de gluconate calcium par minute.
- Le patient doit être en position couchée et doit être surveillé attentivement tout au long de l'injection.
- La surveillance doit inclure la fréquence cardiaque ou l'ECG. En raison du risque d'irritation locale, les injections intramusculaires doivent seulement être effectuées si l'injection intraveineuse n'est pas possible.
- Une attention particulière doit être portée en cas d'injections intramusculaires profondes, essentiellement au niveau du muscle fessier (voir aussi la section mises en garde et précautions d'emploi et effets indésirables). Dans le cas de patients obèses, une plus longue aiguille devra être choisie pour positionner de façon sûre l'injection dans le muscle et non pas dans les tissus adipeux. Si des injections répétées sont nécessaires, le point d'injection doit être changé à chaque fois.


Contre indications

- GLUCONATE DE CALCIUM 10% B.BRAUN, solution pour perfusion ne doit pas être administré dans les conditions suivantes :
. Hypersensibilité au gluconate de calcium ou à l'un des excipients.
. Hypercalcémie (notamment chez les patients avec une hyperparathyroïdie, une hypervitaminose D, une décalcification maligne, une insuffisance rénale, une ostéoporose du fait d'une immobilisation, une sarcoïdose, un syndrome du lait et des alcalins).
. Hypercalciurie.
. Intoxications aux digitaliques.
. Thérapie avec des digitaliques.
- La seule exception pourrait être que l'administration intraveineuse de calcium soit impérative pour le traitement des symptômes d'hypocalcémie sévère mettant le patient en état de risque vital immédiat, si des thérapeutiques alternatives plus sûres ne sont pas disponibles et si l'administration de calcium par voie orale n'est pas possible (voir aussi les sections mises en garde et précautions d'emploi et interactions).


Effets indésirables Gluconate de Calcium

Des effets indésirables cardiovasculaires et systémiques risquent de se produire comme étant les symptômes d'une hypercalcémie aiguë résultant d'un surdosage ou d'une injection intraveineuse trop rapide. Leur apparition et leur fréquence sont directement liées à la vitesse d'administration et à la dose administrée. Sous de bonnes conditions d'administration, ils sont rares (< 1/1000).
- Troubles vasculaires et cardiaques :
Hypotension, bradycardie, arythmie cardiaque, vasodilatation, collapsus vasomoteur (voire mortel), bouffée congestive, principalement après une injection trop rapide.
- Troubles gastro-intestinaux :
Nausées, vomissements.
- Troubles généraux :
Sensations de chaleur, sudation.
- Conditions au point d'injection :
Fréquent (< 1/10, > = 1/100) :
L'injection intramusculaire peut s'accompagner de sensations de douleur ou d'érythème.
- Effets secondaires survenant seulement avec une mauvaise technique d'administration :
. Si l'injection intramusculaire n'est pas effectuée suffisamment profondément, une infiltration au niveau des tissus adipeux peut apparaître avec formation consécutive d'abcès, induration tissulaire et nécrose.
. Calcification du tissu mou, probablement suivie par une ablation de la peau et une nécrose, due à une extravasation, a été rapportée.
. Rougeur de la peau, sensation de brûlure ou douleur à l'injection intraveineuse peuvent témoigner d'une injection périvasculaire accidentelle pouvant conduire à une nécrose tissulaire.

Précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
- Dans le cas exceptionnel d'administration par voie intraveineuse de gluconate de calcium aux patients recevant des digitaliques, une surveillance cardiaque adaptée est obligatoire et le traitement d'urgence des complications cardiaques telles que des arythmies sévères doit être disponible.
- Les sels de calcium doivent seulement être utilisés avec précaution et après l'établissement attentif de l'indication chez les patients avec une néphrocalcinose, des maladies cardiaques, une sarcoïdose (maladie de Boeck), chez les patients recevant de l'adrénaline (voir la section interactions), ou chez les personnes âgées.
- L'insuffisance rénale peut être associée à une hypercalcémie et une hyperparathyroïdie secondaire. Par conséquent, chez les patients insuffisants rénaux, le calcium doit être administré par voie parentérale seulement après avoir attentivement évalué l'indication et le bilan phosphocalcique doit être surveillé.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Les solutions contenant du calcium doivent être administrées lentement pour minimiser la vasodilatation périphérique et la dépression cardiaque.
- Les injections intraveineuses doivent être accompagnées d'un contrôle de la fréquence cardiaque ou de l'ECG car une bradycardie avec vasodilatation ou arythmie peut survenir quand le calcium est administré trop rapidement.
- Chez l'enfant, GLUCONATE DE CALCIUM 10% B.BRAUN, solution pour perfusion ne doit pas être injecté par voie IM mais uniquement lentement par voie IV.
- Les patients recevant des sels de calcium doivent être surveillés attentivement afin d'assurer le maintien d'un bilan calcique correct sans dépôt tissulaire.
- La calcémie et la calciurie doivent être contrôlées quand une dose élevée est administrée par voie parentérale.
- Le calcium est insoluble dans le tissu adipeux et peut ainsi être la cause d'une infiltration et de la formation consécutive d'un abcès, de nécrose et d'induration tissulaire.
- Après une injection intramusculaire périvasculaire ou superficielle, une irritation locale, pouvant être suivie par une ablation de la peau ou une nécrose tissulaire, peut survenir (voir aussi la section effets indésirables). Contrôler attentivement le point d'injection pour éviter le risque d'extravasation.
- Une forte consommation de vitamine D doit être évitée.
- Grossesse : le calcium passe à travers la barrière placentaire et sa concentration dans le sang foetal est supérieure à celle dans le sang maternel. Les injections de gluconate de calcium peuvent être utilisées pendant la grossesse seulement si cela a été considéré comme essentiel par le médecin. La dose administrée doit être calculée avec précaution, et le taux de calcium sérique évalué régulièrement afin d'éviter une hypercalcémie, pouvant être délétère pour le foetus.
- Allaitement : le calcium est excrété dans le lait maternel. Ceci doit être pris en considération lors de l'administration de calcium aux mères qui allaitent.


Interactions avec d'autres médicaments

- Les effets de la digoxine et des autres digitaliques peuvent être potentialisés par le calcium, ce qui peut conduire à une toxicité importante. En conséquence, l'administration intraveineuse de préparations à base de calcium chez les patients sous traitement digitalique est contre-indiquée. La seule exception pourrait être que l'administration intraveineuse de calcium soit impérative pour le traitement des symptômes d'hypocalcémie sévère mettant le patient en état de risque vital, si des thérapeutiques alternatives plus sûres ne sont pas disponibles et si l'administration de calcium par voie orale n'est pas possible (voir aussi les sections contre-indications et mises en garde et précautions d'emploi).
- La co-administration de calcium et d'adrénaline peut conduire à une arythmie cardiaque.
- Le calcium et le magnésium antagonisent mutuellement leurs effets.
- Le calcium peut antagoniser l'effet des antagonistes calciques (inhibiteurs des canaux calciques).
- La combinaison avec les diurétiques thiazidiques peut induire une hypercalcémie étant donné que ces médicaments réduisent l'excrétion rénale du calcium.


Grossesse et allaitement

Grossesse :
Le calcium passe à travers la barrière placentaire et sa concentration dans le sang foetal est supérieure à celle dans le sang maternel.
Les injections de gluconate de calcium peuvent être utilisées pendant la grossesse seulement si cela a été considéré comme essentiel par le médecin. La dose administrée doit être calculée avec précaution, et le taux de calcium sérique évalué régulièrement afin d'éviter une hypercalcémie, pouvant être délétère pour le foetus.
Allaitement :
Le calcium est excrété dans le lait maternel. Ceci doit être pris en considération lors de l'administration de calcium aux mères qui allaitent.


Comment ça marche ?

DISTRIBUTION :
Après injection, le calcium administré montre le même comportement de distribution que le calcium endogène. Environ 50% du calcium plasmatique total sont sous la forme ionisée physiologiquement active, environ 45% sont liés aux protéines, principalement à l'albumine et 5% sont complexés avec des anions.
METABOLISME :
Après injection, le calcium administré s'ajoute au pool de calcium intravasculaire et est assimilé par l'organisme de la même manière que le calcium endogène.
EXCRETION :
L'excrétion du calcium s'effectue dans l'urine bien qu'une large proportion subisse une réabsorption tubulaire rénale.
 

 

 

Pharmapress est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale.Veuillez nous signaler toute erreur ou information incomplète.Merci

Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire

 
×