GRISEO

 



GRISEO 125 mg Comprimé ,

Présentation : Boîte de 30
Distributeur ou fabriquant : LAPROPHAN
Composition : Griseofulvine
PPM : 25.80 Dh

GRISEO 250 mg Comprimé ,

Présentation : Boîte de 30
Distributeur ou fabriquant : LAPROPHAN
Composition : Griseofulvine
PPM : 42.20 Dh

GRISEO 5 % Pommade dermique,

Présentation : Tube de 15 g
Distributeur ou fabriquant : LAPROPHAN
Composition : Griseofulvine
PPM : 10.70 Dh

GRISEO 500 mg Comprimé ,

Présentation : Boîte de 16
Distributeur ou fabriquant : LAPROPHAN
Composition : Griseofulvine
PPM : 46.60 Dh

GRISEO SALICYLEE Pommade dermique,

Présentation : Tube de 15 g
Distributeur ou fabriquant : LAPROPHAN
Composition : Griseofulvine Acide Salicylique
PPM : 12.60 Dh

 

 
Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

Elles procèdent de l'activité antifongique et des caractéristiques de la griséofulvine.
Elles tiennent compte à la fois des études cliniques auxquelles a donné lieu le médicament et de sa place dans l'éventail des produits antifongiques actuellement disponibles.
Mycoses à dermatophytes des cheveux, des ongles et de la peau.



Posologie GRISEFULINE 250 mg Comprimé sécable Boîte de 30

- Adultes : 500 mg à 1 g par jour soit 2 à 4 comprimés par jour en 2 prises au cours des repas.
- Enfants : 10 à 20 mg/kg/jour.
Les comprimés sont à avaler avec un grand verre d'eau.
Chez l'enfant de moins de 6 ans, les comprimés seront finement broyés et mélangés avec un aliment liquide.
La durée du traitement est fonction de la localisation :
. 4 à 8 semaines pour la peau,
. 6 à 8 semaines pour le cuir chevelu et les teignes,
. 4 à 12 mois pour les mycoses des ongles.


Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Allergie à la griséofulvine,
- porphyries,
- lupus érythémateux et syndromes apparentés.
DECONSEILLE :
- Grossesse : les études réalisées chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène de la griséofulvine. En clinique, les quelques cas de grossesse exposées semblent évoquer un effet malformatif de la griséofulvine. Des études complémentaires sont nécessaires pour confirmer ce risque, que l'on ne peut exclure à ce jour. En conséquence, l'utilisation de la griséofulvine est déconseillée pendant la grossesse. Dans le cas où l'indication relève d'un traitement par griséofulvine. celui-ci ne sera initié qu'après l'accouchement. En cas de découverte fortuite d'une grossesse après prise de ce médicament, cet élément ne constitue pas l'argument systématique pour conseiller l'interruption de la grossesse mais conduit à une attitude de prudence et à une surveillance prénatale orientée.
- Allaitement : il n'existe pas de données concernant le passage dans le lait maternel. En cas de désir d'allaitement, il convient de repousser le traitement par griséofulvine.
- Associations déconseillées : alcool et médicaments en contenant ; oestroprogestatifs anticonceptionnels (contraceptifs voie orale).


Effets indésirables Grisefuline

Possibilité de :
- manifestations neurologiques : essentiellement céphalées ; plus rarement : vertiges, insomnie ou somnolence, confusion, irritabilité ; l'alcool potentialise ces troubles ;
- troubles gastro-intestinaux : anorexie, nausées, diarrhées, perturbation du goût, sensation de soif ;
- réactions allergiques cutanées et de photosensibilisation exceptionnelles ; quelques rares cas de toxidermie bulleuse (érythème polymorphe voire syndrome de Lyell) ;
- troubles hépatiques : quelques cas de cholestase intrahépatique ont été rapportés et, exceptionnellement, des hépatites ;
- troubles hématologiques : leucopénie, neutropénie, anémies hypochromes. Ces modifications restent peu fréquentes et résolutives, en général, à l'arrêt du traitement ;
- neuropathies périphériques ;
- risque d'aggravation d'un lupus érythémateux disséminé et des syndromes apparentés.

Précautions d'emploi

- Surveiller l'hémogramme dans les traitements de longue durée (au-delà d'un mois) et à doses élevées (> 1,5 g par jour).
- Eviter l'exposition au soleil au cours et au décours immédiat du traitement.
- Surveillance accrue chez l'insuffisant hépatique (voir propriétés pharmacocinétiques et effets indésirables).
- Tenir compte de l'effet inducteur enzymatique que la griséofulvine est susceptible d'exercer sur de nombreuses substances.


Interactions avec d'autres médicaments

ASSOCIATIONS DECONSEILLEES (voir contre-indications) :
- Alcool et médicaments en contenant : effet antabuse (chaleur, rougeur, vomissements, tachycardie).
Eviter la prise de boissons alcoolisées et de médicaments contenant de l'alcool.
- Oestroprogestatifs anticonceptionnels (contraceptifs voie orale) : diminution de l'efficacité contraceptive pendant le traitement et un cycle après l'arrêt du traitement par la griséofulvine.
Utiliser une autre méthode contraceptive, en particulier de type mécanique.
ASSOCIATIONS NECESSITANT DES PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Anticoagulants oraux : diminution de l'effet des anticoagulants oraux (augmentation de leur catabolisme hépatique).
Contrôle plus fréquent du taux de prothrombine et surveillance de l'INR. Adaptation de la posologie des anticoagulants oraux pendant le traitement par la griséofulvine et 8 jours et après son arrêt.
- Ciclosporine, tacrolimus par extrapolation à partir de la rifampicine : diminution des taux plasmatiques de l'immunodépresseur, avec diminution de son activité pendant l'association, par augmentation de son métabolisme hépatique.
Augmentation des doses d'immunodépresseur sous contrôle des taux plasmatiques. Réduction de la posologie après arrêt de l'inducteur.
- Oestrogènes : diminution de l'efficacité de l'oestrogène par augmentation de son métabolisme hépatique.
Surveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de l'oestrogène pendant le traitement par la griséofulvine et après son arrêt.
- Méthadone : diminution des concentrations plasmatiques de méthadone avec risque d'apparition d'un syndrome de sevrage par augmentation de son métabolisme hépatique.
Augmenter la fréquence des prises de méthadone : 2 à 3 fois par jour au lieu d'une fois par jour.
- Zidovudine par extrapolation à partir de la rifampicine : risque de diminution de l'efficacité de la zidovudine par accélération de son métabolisme hépatique.
Surveillance clinique régulière.


Grossesse et allaitement

Grossesse :
Les études réalisées chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène de la griséofulvine.
En clinique, les quelques cas de grossesse exposées semblent évoquer un effet malformatif de la griséofulvine. Des études complémentaires sont nécessaires pour confirmer ce risque, que l'on ne peut exclure à ce jour.
En conséquence :
L'utilisation de la griséofulvine est déconseillée pendant la grossesse. Dans le cas où l'indication relève d'un traitement par griséofulvine, celui-ci ne sera initié qu'après l'accouchement.
En cas de découverte fortuite d'une grossesse après prise de ce médicament, cet élément ne constitue pas l'argument systématique pour conseiller l'interruption de la grossesse mais conduit à une attitude de prudence et à une surveillance prénatale orientée.
Allaitement :
Il n'existe pas de données concernant le passage dans le lait maternel. En cas de désir d'allaitement, il convient de repousser le traitement par griséofulvine.


Comment ça marche ?

DISTRIBUTION :
Après administration per os de 1 g de griséofulvine, le pic plasmatique (1,5 à 3 mg/L) est atteint en 2 à 4 heures.
La résorption intestinale est accrue lorsque l'antifongique est administré au cours d'un repas riche en graisse.
La demi-vie d'élimination est de 10 à 15 heures. Le volume de distribution est de 0,7 L/kg.
La liaison aux protéines plasmatiques est de 80%.
BIOTRANSFORMATION :
Le foie transforme en majeure partie la griséofulvine en 6-déméthylgriséofulvine, principal métabolite inactif.
DIFFUSION :
La griséofulvine se fixe électivement sur la kératine. Elle rend les cellules kératinisées résistantes à l'invasion des dermatophytes, les cellules parasitées étant progressivement remplacées par des cellules saines. Il existe un passage transplacentaire.
EXCRETION :
Une grande partie du produit est éliminée sous forme inchangée dans les selles.
La 6-déméthylgriséofulvine est éliminée dans les urines, sous forme glycuroconjuguée.
Moins de 1% de la dose administrée est éliminé dans les urines, sous forme intacte.
Il n'y a donc pas d'accumulation en cas d'insuffisance rénale.
 

 

 

Pharmapress est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale.Veuillez nous signaler toute erreur ou information incomplète.Merci

Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire

 
×