HEXABRIX

 



HEXABRIX 320 mg I/ml , Solution injectable

Présentation : Boîte de 1 Flacon de 10 ml
Distributeur ou fabriquant : MAPHAR
Composition : Acide ioxaglique
PPM : 80.10 Dh

HEXABRIX 320 mg I/ml , Solution injectable

Présentation : Boîte de 1 Flacon de 20 ml
Distributeur ou fabriquant : MAPHAR
Composition : Acide ioxaglique
PPM : 147.10 Dh

HEXABRIX 320 mg I/ml , Solution injectable

Présentation : Boîte de 1 Flacon de 50 ml
Distributeur ou fabriquant : MAPHAR
Composition : Acide ioxaglique
PPM : 337.30 Dh

HEXABRIX 320 mg I/ml , Solution injectable

Présentation : Boîte de 1 Flacon de 100 ml
Distributeur ou fabriquant : MAPHAR
Composition : Acide ioxaglique
PPM : 674.10 Dh

HEXABRIX 320 mg I/ml , Solution injectable

Présentation : Boîte de 1 Flacon de 200 ml
Distributeur ou fabriquant : MAPHAR
Composition : Acide ioxaglique
PPM : 1180.70 Dh

 

 

Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

Chez l'adulte et chez l'enfant :
- urographie intraveineuse,
- angiographie de tous les territoires, y compris cérébral et coronaire,
- arthrographie,
- examen de l'appareil digestif,
- hystérosalpingographie,
- sialographie.


Posologie HEXABRIX 320 mg iode/mL Solution injectable Boîte de 1 Flacon de 10 ml

1) En urographie : voie intravasculaire.
Les doses doivent être adaptées au poids et à la fonction rénale du sujet, qui doit être à jeun sans restriction hydrique.
2) En angiographie, la dose totale ne doit pas être supérieure à 4-5 ml/kg, en injection itérative, sans dépasser 100 ml par injection. La vitesse d'injection est fonction du type d'examen.
3) En arthrographie : injection intra-articulaire de 10 ml + - 2 ml, le volume étant adapté à l'articulation.
4) Examen de l'appareil digestif : administration directe dans le tube digestif.
5) En hystérosalpingographie : injection intra-utérine, par voie basse, de 10 à 20 ml selon le volume utérin.
6) En sialographie : injection intracanalaire de 1 à 6 ml dans les canaux excréteurs.


Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Une seule contre-indication : l'utilisation par voie sous-arachnoïdienne (ou épidurale), qui peut induire des convulsions et entraîner le décès.
DECONSEILLE :
Allaitement : en l'absence de données sur le passage dans le lait maternel, il est préférable de suspendre l'allaitement pendant au moins 24 heures.


Effets indésirables Hexabrix

- Comme tous les produits de contraste iodés, HEXABRIX 320 peut entraîner des réactions légères, graves ou fatales d'intolérance. Elles sont imprévisibles, mais plus fréquentes chez des patients qui présentent des antécédents allergiques, un état d'anxiété, ou qui ont présenté une sensibilité particulière lors d'un examen antérieur à l'aide de produit iodé. Elles ne peuvent pas être dépistées par la pratique des tests à l'iode.
- Des incidents bénins peuvent survenir : sensation de chaleur, rougeur des téguments ; très rarement, nausées et vomissements. Ils sont transitoires et sans conséquence.
- Des manifestations plus sérieuses, souvent précoces, parfois plus tardives, peuvent se traduire par la survenue de troubles isolés ou associés, cutanés, respiratoires,neurosensoriels ou digestifs. Elles peuvent revêtir l'aspect d'un état de choc avec collapsus cardiovasculaire.
- Exceptionnellement, de la fièvre et des frissons peuvent accompagner ces symptômes ou survenir de manière isolée.
- Effets indésirables liés à des examens spécifiques :
. lors d'hystérosalpingographies ont été rapportés : douleurs pelviennes, lipothymies ;
. lors d'arthrographies sont parfois observés une douleur et/ou un épanchement articulaire modérés et transitoires.
- Quelques cas d'hypothyroïdie par surcharge iodée ont été rapportés chez des nouveau-nés, et en particulier chez des prématurés après opacification des cathéters centraux.

Précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
Comme tous les produits de contraste iodés, HEXABRIX 320 peut entraîner des réactions légères, graves ou fatales d'intolérance. Elles sont imprévisibles, mais plus fréquentes chez des patients qui présentent des antécédents allergiques, un état d'anxiété ou qui ont présenté une sensibilité particulière lors d'un examen antérieur à l'aide de produit iodé. Elles ne peuvent pas être dépistées par la pratique des tests à l'iode.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Une prémédication semble souhaitable chez les sujets présentant le plus grand risque de réaction (allergiques, intolérants à l'iode).
Ce risque implique la surveillance du malade par un médecin et le maintien d'une voie d'abord intraveineuse durant l'examen, ainsi que la disposition des moyens nécessaires à une réanimation d'urgence.
- La prudence est conseillée chez les malades présentant :
. une insuffisance hépatique sévère,
. une insuffisance cardiaque congestive,
. une insuffisance respiratoire sévère.
- Il est recommandé d'éviter toute déshydratation préalable à l'examen et de maintenir une diurèse abondante chez les sujets :
. insuffisants rénaux,
. diabétiques,
. myélomateux,
. hyperuricémiques,
. ainsi que chez les enfants très jeunes et les sujets âgés athéromateux.
- Après administration du produit chez des nouveau-nés et en particulier chez des prématurés en raison du risque d'hypothyroïdie transitoire par surcharge iodée, il est recommandé de faire un dépistage systématique d'hypothyroïdie par les dosages de la TSH et éventuellement de la T4 libre et réalisés 7 à 10 jours et 1 mois après la surcharge iodée.
- Grossesse : les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène. En l'absence d'effet tératogène chez l'animal, un effet malformatif dans l'espèce humaine n'est pas attendu. En effet, à ce jour, les substances responsables de malformations dans l'espèce humaine se sont révélées tératogènes chez l'animal au cours d'études bien conduites sur deux espèces. La surcharge iodée ponctuelle consécutive à l'administration du produit, peut en théorie entraîner une dysthyroïdie foetale si l'examen a lieu après 14 semaines d'aménorrhée. Cependant, la réversibilité de cet effet et le bénéfice maternel attendus dans le cas où l'indication est bien pesée, justifient de ne pas surseoir à un examen radiologique en cours de grossesse.
- Associations nécessitant des précautions d'emploi : bêtabloquants ; diurétiques ; metformine.


Interactions avec d'autres médicaments

ASSOCIATIONS NECESSITANT DES PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Bêtabloquants : en cas de choc ou d'hypotension dus aux produits de contraste iodés, réduction des réactions cardiovasculaires de compensation par les bêtabloquants.
Le traitement par les bêtabloquants doit être arrêté chaque fois que cela est possible avant l'exploration radiologique. En cas de poursuite indispensable du traitement, le médecin doit disposer des moyens de réanimation adaptés.
- Diurétiques : en cas de déshydratation provoquée par les diurétiques, risque majoré d'insuffisance rénale aiguë, en particulier lors d'utilisation de doses importantes de produits de contraste iodés.
La réhydratation est conseillée avant administration du produit iodé.
- Metformine : acidose lactique déclenchée par l'insuffisance rénale fonctionnelle induite par l'exploration radiologique chez un diabétique.
Le traitement par la metformine doit être suspendu 48 heures avant l'exploration pour n'être restauré que 2 jours après l'examen radiologique.
ASSOCIATION A PRENDRE EN COMPTE :
Interleukine 2 : majoration du risque de réaction aux produits de contraste en cas de traitement antérieur par l'interleukine 2 (voie IV) : éruption cutanée ou, plus rarement, hypotension, oligurie, voire insuffisance rénale.


Grossesse et allaitement

Grossesse :
Les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène.
En l'absence d'effet tératogène chez l'animal, un effet malformatif dans l'espèce humaine n'est pas attendu. En effet, à ce jour, les substances responsables de malformations dans l'espèce humaine se sont révélées tératogènes chez l'animal au cours d'études bien conduites sur deux espèces.
La surcharge iodée ponctuelle consécutive à l'administration du produit, peut en théorie entraîner une dysthyroïdie foetale si l'examen a lieu après 14 semaines d'aménorrhée.
Cependant, la réversibilité de cet effet et le bénéfice maternel attendus dans le cas où l'indication est bien pesée, justifient de ne pas surseoir à un examen radiologique en cours de grossesse.
Allaitement :
En l'absence de données sur le passage dans le lait maternel, il est préférable de suspendre l'allaitement pendant au moins 24 heures.



Comment ça marche ?

- Injecté par voie intravasculaire, il se répartit dans le système vasculaire et l'espace interstitiel sans augmenter notablement la volémie et sans perturber l'équilibre hémodynamique.
- L'élimination rapide, sous forme inchangée parce que non-métabolisée, est rénale par filtration glomérulaire. La diurèse osmotique est particulièrement réduite en raison de la faible osmolalité de la solution.
En cas d'insuffisance rénale, une élimination hétérotrope peut se produire par voies biliaire, salivaire, sudorale et colique.
La substance est dialysable
 

 

 

Pharmapress est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale.Veuillez nous signaler toute erreur ou information incomplète.Merci

Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire

 
×