INVANZ

 



INVANZ 1g, Poudre poue solution à diluer pour perfusion

Présentation : Flacon de 20 ml
Distributeur ou fabriquant : MSD MAROC
Composition : Ertapénème
PPM : 750.00 Dh

 

 

 

Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

- Traitement :
Traitement des infections suivantes lorsqu'elles sont dues à des espèces bactériennes connues pour être sensibles ou possiblement sensibles à l'ertapénème et lorsqu'un traitement parentéral est nécessaire (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi et rubrique propriétés pharmacodynamiques) :
. Infections intra-abdominales.
. Pneumonies communautaires.
. Infections gynécologiques aiguës.
. Infections de la peau et des tissus mous du pied chez le diabétique (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
- Prophylaxie :
Invanz est indiqué chez l'adulte en prophylaxie des infections post-opératoires en chirurgie colorectale.
- Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.


Posologie INVANZ 1 g Poudre pour solution à diluer pour perfusion IV Boîte de 1 Flacon de 1 g

- Adultes et adolescents (13 à 17 ans) : la dose d'INVANZ est de 1 gramme (g), administré une fois par jour par voie intraveineuse (voir rubrique instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination).
- Prophylaxie des infections post-opératoires en chirurgie colorectale chez l'adulte : pour prévenir ces infections, la posologie recommandée est d'une dose unique de 1 g administrée par voie intraveineuse dans l'heure précédant l'incision chirurgicale.
- Nourrissons et Enfants (3 mois à 12 ans) : la dose d'INVANZ est de 15 mg/kg, administrés 2 fois/jour (ne pas dépasser 1 g/jour) par voie intraveineuse (voir rubrique instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination).
INVANZ est déconseillé chez l'enfant de moins de 3 mois en l'absence de donnée de sécurité d'emploi et d'efficacité (voir rubriques mises en garde et précautions d'emploi, propriétés pharmacodynamiques et propriétés pharmacocinétiques).
- Administration intraveineuse : INVANZ doit être perfusé pendant 30 minutes.
- La durée habituelle du traitement par INVANZ est de 3 à 14 jours, mais elle peut varier selon le type et la sévérité de l'infection et du (des) pathogène(s) en cause. Il est possible de poursuivre le traitement par un antibiotique oral approprié si l'amélioration de l'état clinique le permet.
- Insuffisance rénale :
INVANZ peut être utilisé chez des patients adultes ayant une insuffisance rénale. Chez les patients dont la clairance de la créatinine est > 30 ml/min/1,73 m², aucune adaptation posologique n'est nécessaire. Chez des patients ayant une insuffisance rénale sévère, les données de tolérance et d'efficacité de l'ertapénème sont insuffisantes pour justifier une recommandation posologique. Par conséquent, l'ertapénème ne doit pas être utilisé chez ces patients (voir rubrique propriétés pharmacocinétiques). Aucune donnée n'est disponible chez l'enfant et l'adolescent ayant une insuffisance rénale.
- Patients sous hémodialyse :
Chez les patients hémodialysés, les données de tolérance et d'efficacité de l'ertapénème sont insuffisantes pour justifier une recommandation posologique. Par conséquent, l'ertapénème ne doit pas être utilisé chez ces patients.
- Insuffisance hépatique :
Aucune adaptation posologique n'est recommandée chez les patients insuffisants hépatiques (voir rubrique propriétés pharmacocinétiques).
- Patients âgés :
La dose recommandée d'INVANZ sera administrée, sauf en cas d'insuffisance rénale sévère (voir Insuffisance rénale).


Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients.
- Hypersensibilité à tout autre antibactérien du groupe des carbapénèmes.
- Hypersensibilité sévère (par exemple, réactions anaphylactiques, réaction cutanée sévère) à tout autre antibiotique de la famille des bêtalactamines (par exemple, pénicillines ou céphalosporines).
- Insuffisance rénale : chez des patients ayant une insuffisance rénale sévère, les données de tolérance et d'efficacité de l'ertapénème sont insuffisantes pour justifier une recommandation posologique. Par conséquent, l'ertapénème ne doit pas être utilisé chez ces patients. Aucune donnée n'est disponible chez l'enfant et l'adolescent ayant une insuffisance rénale.
- Patients sous hémodialyse : chez les patients hémodialysés, les données de tolérance et d'efficacité de l'ertapénème sont insuffisantes pour justifier une recommandation posologique. Par conséquent, l'ertapénème ne doit pas être utilisé chez ces patients.
- Allaitement : l'ertapénème est excrété dans le lait maternel. En raison de la survenue possible de réactions indésirables chez l'enfant allaité, les mères traitées par INVANZ ne doivent pas allaiter.
DECONSEILLE :
- INVANZ est déconseillé chez l'enfant de moins de 3 mois en l'absence de donnée de sécurité d'emploi et d'efficacité.
- Grossesse : des études correctes et contrôlées n'ont pas été réalisées au cours de la grossesse. Les études réalisées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet directement ou indirectement nocif sur le déroulement de la grossesse, le développement embryofoetal, la mise bas ou le développement post-natal. Cependant, l'ertapénème ne doit pas être prescrit au cours de la grossesse, sauf si le bénéfice maternel est supérieur au risque potentiel pour le foetus.


Effets indésirables Invanz

- Adultes de 18 ans et plus :
. Au total, plus de 2200 patients ont été traités par l'ertapénème lors des études cliniques, dont plus de 2150 à la dose de 1 g d'ertapénème. Des effets indésirables (c'est-à-dire considérés par l'investigateur comme possiblement, probablement, ou assurément reliés à la prise du médicament) ont été rapportés chez environ 20% des patients traités par l'ertapénème. Le traitement a été arrêté en raison de la survenue d'effets indésirables chez 1,3% des patients. Dans une étude clinique additionnelle, 476 patients ont reçu, dans le cadre d'une prophylaxie des infections post-opératoires en chirurgie colorectale, 1 g d'ertapénème en dose unique avant l'incision chirurgicale.
. Pour les patients n'ayant reçu qu'INVANZ, les effets indésirables les plus fréquemment rapportés au cours du traitement et jusqu'à 14 jours après l'arrêt ont été : diarrhée (4,8%), complication au niveau de la veine perfusée (4,5%), et nausées (2,8%).
. Pour les patients n'ayant reçu qu'INVANZ, les anomalies biologiques les plus fréquemment rapportées au cours du traitement et jusqu'à 14 jours après l'arrêt ont été : élévation du taux d'ALAT (4,6%), du taux d'ASAT (4,6%), des phosphatases alcalines (3,8%) et des plaquettes (3,0%).
- Enfants et adolescents (de 3 mois à 17 ans) :
Au total 384 patients ont été traités par l'ertapénème lors des études cliniques. Le profil de sécurité d'emploi est comparable à celui des adultes. Des effets indésirables (c'est-à-dire jugés par les investigateurs comme possiblement, probablement ou assurément reliés à la prise du médicament) ont été rapportés chez environ 20,8% des patients traités par l'ertapénème. Le traitement a été interrompu en raison d'effets indésirables chez 0,5% des patients.
- Pour les patients n'ayant reçu qu'INVANZ, les effets indésirables les plus fréquemment rapportés au cours du traitement et jusqu'à 14 jours après son arrêt ont été : diarrhée (5,2%) et douleur au point de perfusion (6,1%).
- Pour les patients n'ayant reçu qu'INVANZ, les anomalies biologiques les plus fréquemment rapportées au cours du traitement et jusqu'à 14 jours après l'arrêt ont été : diminution du taux de polynucléaires neutrophiles (3,0%) et augmentation du taux d'ALAT (2,9%) et d'ASAT (2,8%).
- Pour les patients n'ayant reçu qu'INVANZ, les effets indésirables suivants rapportés au cours du traitement et jusqu'à 14 jours après l'arrêt ont été :
Fréquent (> = 1/100, < 1/10) ; Peu fréquent (> = 1/1000, < 1/100) ; Rare (> = 1/10000, < 1/1000) ; Très rare (< 1/10000).
ADULTES DE 18 ANS OU PLUS :
- Infections et infestations :
Peu fréquent : candidose orale.
- Affections hématologiques et du système lymphatique :
Rare : neutropénie, thrombopénie.
- Troubles du métabolisme et de la nutrition :
. Peu fréquent : anorexie.
. Rare : hypoglycémie.
- Affections du système nerveux :
. Fréquent : céphalées.
. Peu fréquent : étourdissements, somnolence, insomnie, confusion, convulsions (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
. Rare : agitation, anxiété, dépression, tremblements.
- Affections cardiaques :
. Peu fréquent : bradycardie sinusale.
. Rare : arythmie, tachycardie.
- Affections vasculaires :
. Fréquent : phlébite/thrombophlébite.
. Peu fréquent : hypotension.
. Rare : hémorragie, augmentation de la pression artérielle.
- Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales :
. Peu fréquent : dyspnée, gêne pharyngée.
. Rare : congestion nasale, toux, épistaxis, pneumonie, râles/ronchus, sifflements.
- Affections gastro-intestinales :
. Fréquent : diarrhée, nausées, vomissements.
. Peu fréquent : constipation, colite pseudomembraneuse, régurgitation acide, sécheresse de la bouche, dyspepsie.
. Rare : dysphagie, incontinence fécale.
- Affections hépatobiliaires :
Rare : cholécystite, ictère, trouble hépatique.
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
. Fréquent : rash, prurit.
. Peu fréquent : érythème, urticaire.
. Rare : dermatite, dermatomycose, desquamation, infection post-opératoire de la plaie.
- Affections musculosquelettiques et systémiques :
Rare : crampes musculaires, douleur de l'épaule.
- Affections du rein et des voies urinaires :
Rare : infection des voies urinaires, insuffisance rénale, insuffisance rénale aiguë.
- Affections des organes de reproduction et du sein :
. Peu fréquent : vaginite.
. Rare : avortement, saignement génital.
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration :
. Fréquent : complication au niveau de la veine perfusée.
. Peu fréquent : extravasation, douleur abdominale, candidose, asthénie/fatigue, infection fongique, fièvre, oedème/gonflement, douleur thoracique, altération du goût.
. Rare : allergie, induration au point d'injection, malaise, péritonite pelvienne, trouble scléral, syncope.
INVESTIGATIONS :
- Biologie :
. Fréquent : élévation du taux d'ALAT, du taux d'ASAT, des phosphatases alcalines.
. Peu fréquent : élévation de la bilirubinémie totale, libre et/ou conjuguée, de la créatininémie, de l'urée sanguine, de la glycémie.
. Rare : diminution des bicarbonates sériques, de la créatininémie, et de la kaliémie ; augmentation de la LDH sérique, de la phosphorémie, de la kaliémie.
- Hématologie :
. Fréquent : élévation du nombre de plaquettes.
. Peu fréquent : diminution des leucocytes, des plaquettes, des polynucléaires neutrophiles, de l'hémoglobine et de l'hématocrite ; augmentation des éosinophiles, du temps de céphaline activé, du temps de prothrombine, des polynucléaires neutrophiles, et des leucocytes.
. Rare : diminution des lymphocytes ; augmentation du taux de neutrophiles immatures, de lymphocytes, de métamyélocytes, de monocytes, de myélocytes ; lymphocytes atypiques.
- Analyse d'urine :
. Peu fréquent : augmentation dans les urines des bactéries, des leucocytes, des cellules épithéliales, des hématies ; présence de levures.
. Rare : augmentation de l'urobilinogène.
- Divers :
Peu fréquent : présence de toxine de Clostridium difficile.
DEPUIS LA MISE SUR LE MARCHE :
- Affections du système immunitaire :
Anaphylaxie incluant les réactions anaphylactoïdes.
- Affections psychiatriques :
Modifications de l'état mental.
- Affections du système nerveux :
Hallucinations.
ENFANTS ET ADOLESCENTS (DE 3 MOIS A 17 ANS) :
- Affections du système nerveux :
Peu fréquent : céphalées.
- Affections vasculaires :
Peu fréquent : bouffées vasomotrices, hypertension artérielle, pétéchies.
- Affections gastro-intestinales :
. Fréquent : diarrhée.
. Peu fréquent : décoloration des selles, méléna.
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
. Fréquent : érythème fessier du nourrisson.
. Peu fréquent : érythème, rash.
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration :
. Fréquent : douleur au point de perfusion.
. Peu fréquent : brûlure, prurit, érythème et chaleur au site de perfusion.
INVESTIGATIONS :
- Biologie :
Fréquent : élévation des taux d'ALAT et d'ASAT.
- Hématologie :
. Fréquent : diminution du nombre de neutrophiles.
. Peu fréquent : élévation du nombre de plaquettes, du temps de céphaline activé, du temps de prothrombine, diminution de l'hémoglobine.

Précautions d'emploi

- Des réactions d'hypersensibilité (anaphylactiques) graves et parfois fatales ont été rapportées chez des patients traités par bêtalactamines. La survenue de ces réactions est plus probable chez des patients ayant des antécédents d'hypersensibilité à de multiples allergènes. Avant de débuter un traitement par l'ertapénème, l'interrogatoire doit rechercher notamment des antécédents de réactions d'hypersensibilité aux pénicillines, céphalosporines, autres bêtalactamines ainsi qu'aux autres allergènes (voir rubrique contre-indications). La survenue d'une réaction allergique à l'ertapénème impose l'arrêt immédiat du traitement. Des réactions anaphylactiques graves nécessitent l'instauration immédiate d'un traitement d'urgence.
- Comme pour les autres antibiotiques, l'utilisation prolongée d'ertapénème peut entraîner la prolifération de germes résistants. La réévaluation de l'état du patient est essentielle. En cas de survenue d'une surinfection au cours du traitement, des mesures appropriées seront prises.
- Des colites "associées aux antibiotiques" et des colites pseudomembraneuses ont été rapportées avec presque tous les antibiotiques, y compris l'ertapénème, dont la sévérité peut varier d'une forme légère jusqu'à celle mettant en jeu le pronostic vital. Ce diagnostic doit donc être envisagé chez les patients présentant une diarrhée secondaire à l'administration d'antibiotiques. Un arrêt du traitement avec INVANZ et l'administration d'un traitement spécifique contre Clostridium difficile seront envisagés.
Des médicaments inhibant le péristaltisme ne doivent pas être administrés.
- Des convulsions ont été rapportées lors des études cliniques chez des patients adultes au cours du traitement par l'ertapénème sodique (1 g par jour) ou dans les 14 jours suivant l'arrêt du traitement. Les convulsions sont survenues plus fréquemment chez les patients âgés et chez les patients présentant des troubles préexistants du système nerveux central (par exemple : lésions cérébrales ou antécédent de convulsions) et/ou une fonction rénale altérée. Des observations similaires ont été faites depuis la commercialisation.
- L'efficacité d'INVANZ dans le traitement des pneumonies communautaires dues àStreptococcus pneumoniae résistant à la pénicilline n'a pas été établie.
- L'expérience concernant l'utilisation de l'ertapénème chez les enfants de moins de 2 ans est limitée. Il faudra porter une attention particulière dans cette tranche d'âge en analysant la sensibilité du (des) germe(s) en cause à l'ertapénème. Aucune donnée n'est disponible chez l'enfant de moins de 3 mois.
- L'expérience concernant l'utilisation de l'ertapénème dans le traitement des infections sévères est limitée. Lors des essais cliniques menés dans le traitement des pneumonies communautaires, chez l'adulte, 25% des patients évaluables traités par ertapénème avaient une maladie sévère (définie par un index de sévérité de la pneumonie > III). Lors d'une étude clinique menée dans le traitement des infections gynécologiques aiguës, chez l'adulte, 26% des patients évaluables traités par ertapénème avaient une maladie sévère (définie par une température > = 39°C et/ou une bactériémie) ; dix patients avaient une septicémie. Lors d'une étude clinique menée dans le traitement des infections intra-abdominales, chez l'adulte, 30% des patients évaluables traités par ertapénème avaient une péritonite généralisée et 39% présentaient des infections de sites autres que l'appendice, incluant l'estomac, le duodénum, l'intestin grêle, le côlon, et la vésicule biliaire ; le nombre de patients évaluables inclus dans des scores APACHE II > = 15 était limité et l'efficacité chez ces patients n'a pas été établie.
- L'efficacité de l'ertapénème dans le traitement des infections du pied chez le diabétique en cas d'ostéomyélite concomitante n'a pas été établie.
- D'après les données disponibles, on ne peut pas exclure que, dans certaines interventions chirurgicales d'une durée excédant 4 heures, les patients peuvent être exposés à des concentrations sous-optimales d'ertapénème et par conséquent, potentiellement à un risque d'échec du traitement. Dans ces cas, qui sont inhabituels, une surveillance sera donc mise en place.
- Une dose de 1,0 g de ce médicament contient environ 6,0 mEq (environ 137 mg) de sodium, en tenir compte chez les patients suivant un régime sans sel.


Interactions avec d'autres médicaments

- Il n'est pas attendu d'interaction résultant d'une inhibition de la clairance de médicaments, que cette clairance soit médiée par la glycoprotéine-P ou par les cytochromes (voir rubrique propriétés pharmacocinétiques).
- Les antibiotiques pénèmes et carbapénèmes peuvent diminuer les taux plasmatiques de l'acide valproïque. Un contrôle des taux plasmatiques de l'acide valproïque doit être envisagé si l'ertapénème est administré avec de l'acide valproïque.


Grossesse et allaitement

Grossesse :
Des études correctes et contrôlées n'ont pas été réalisées au cours de la grossesse. Les études réalisées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet directement ou indirectement nocif sur le déroulement de la grossesse, le développement embryofoetal, la mise bas ou le développement post-natal. Cependant, l'ertapénème ne doit pas être prescrit au cours de la grossesse, sauf si le bénéfice maternel est supérieur au risque potentiel pour le foetus.
Allaitement :
L'ertapénème est excrété dans le lait maternel. En raison de la survenue possible de réactions indésirables chez l'enfant allaité, les mères traitées par INVANZ ne doivent pas allaiter.


Effet sur la conduite de véhicules

- Aucune étude relative aux effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'a été menée.
- INVANZ peut influencer la capacité des patients à conduire des véhicules ou à utiliser des machines.
Les patients doivent être informés que des cas d'étourdissements et de somnolence ont été rapportés avec INVANZ (voir rubrique effets indésirables).


Comment ça marche ?

CONCENTRATIONS PLASMATIQUES :
- Les concentrations plasmatiques moyennes d'ertapénème après une perfusion intraveineuse unique de 30 minutes d'une dose de 1 g chez des adultes jeunes sains (âgés de 25 à 45 ans) étaient de 155 microgrammes/ml (Cmax) à 0,5 heure après traitement (fin de la perfusion), 9 microgrammes/ml 12 heures après traitement, et 1 microgramme/ml 24 heures après traitement.
- L'aire sous la courbe de la concentration plasmatique (ASC) d'ertapénème chez l'adulte augmente presque proportionnellement à la dose sur l'intervalle de doses 0,5 à 2 g.
- Il n'y a pas d'accumulation d'ertapénème chez l'adulte après l'administration de doses intraveineuses multiples allant de 0,5 à 2 g par jour.
- Les concentrations plasmatiques moyennes d'ertapénème après une perfusion intraveineuse unique de 30 minutes d'une dose de 15 mg/kg (jusqu'à une dose maximum de 1 g) chez des patients âgés de 3 à 23 mois étaient de 103,8 microgrammes/ml (Cmax) 0,5 heure après traitement (fin de la perfusion), 13,5 microgrammes/ml 6 heures après traitement, et 2,5 microgrammes/ml 12 heures après traitement.
- Les concentrations plasmatiques moyennes d'ertapénème après une perfusion intraveineuse unique de 30 minutes d'une dose de 15 mg/kg (jusqu'à une dose maximum de 1 g) chez des patients âgés de 2 à 12 ans étaient de 113,2 microgrammes/ml (Cmax) 0,5 heure après traitement (fin de la perfusion), 12,8 microgrammes/ml 6 heures après traitement, et 3,0 microgrammes/ml 12 heures après traitement.
- Les concentrations plasmatiques moyennes d'ertapénème après une perfusion intraveineuse unique de 30 minutes d'une dose de 20 mg/kg (jusqu'à une dose maximum de 1 g) chez des patients âgés de 13 à 17 ans étaient de 170,4 microgrammes/ml (Cmax) 0,5 heure après traitement (fin de la perfusion), 7,0 microgrammes/ml 12 heures après traitement, et 1,1 microgramme/ml 24 heures après traitement.
- Les concentrations plasmatiques moyennes d'ertapénème après une perfusion intraveineuse unique de 30 minutes d'une dose de 1 g chez trois patients âgés de 13 à 17 ans étaient de 155,9 microgrammes/ml (Cmax) 0,5 heure après traitement (fin de la perfusion), et 6,2 microgrammes/ml 12 heures après traitement.
DISTRIBUTION :
- Chez l'homme, l'ertapénème est fortement lié aux protéines plasmatiques. Chez des adultes jeunes sains (âgés de 25 à 45 ans), la liaison aux protéines de l'ertapénème diminue à mesure que la concentration plasmatique augmente, passant de 95% environ pour une concentration plasmatique approximative < 50 microgrammes/ml, à 92% environ pour une concentration plasmatique approximative de 155 microgrammes/ml (concentration moyenne obtenue à la fin d'une perfusion de 1 g par voie intraveineuse).
- Le volume de distribution (Vdss) de l'ertapénème est d'environ 8 litres chez l'adulte (0,11 litre/kg), d'environ 0,2 litre/kg chez les enfants âgés de 3 mois à 12 ans et d'environ 0,16 litre/kg chez les adolescents âgés de 13 à 17 ans.
- Les concentrations d'ertapénème obtenues chez l'adulte dans le liquide phlycténulaire à chaque temps de prélèvement le troisième jour après une administration intraveineuse quotidienne d'une dose de 1 g ont montré un ratio de l'ASC dans le liquide phlycténulaire : l'ASC dans le plasma est de 0,61.
- Des études in vitro indiquent que l'ertapénème ne déplace pas d'une façon notable les médicaments fortement liés aux protéines circulantes (warfarine, éthinyl estradiol, et noréthindrone). La modification de la liaison était < 12% au pic de concentration plasmatique de l'ertapénème après une dose de 1 g. In vivo, le probénécide (500 mg toutes les 6 heures) a diminué de 91% approximativement à 87% approximativement la fraction de liaison de l'ertapénème dans le plasma à la fin de la perfusion chez des sujets ayant reçu une dose unique intraveineuse de 1 g. Les effets de cette modification sont probablement transitoires. Une interaction cliniquement significative due au déplacement de l'ertapénème par un autre médicament ou au déplacement d'un autre médicament par l'ertapénème est peu probable.
- Les études in vitro indiquent que l'ertapénème n'inhibe pas le transport de la digoxine ou de la vinblastine par la glycoprotéine P et que l'ertapénème n'est pas un substrat pour la glycoprotéine P.
METABOLISME :
- Chez des adultes jeunes sains (âgés de 23 à 49 ans), après perfusion intraveineuse de 1 g d'ertapénème radiomarqué, la radioactivité plasmatique est essentiellement (94%) composée d'ertapénème. Le métabolite principal de l'ertapénème est le dérivé à cycle ouvert formé par hydrolyse du noyau bêtalactame par la déhydropeptidase-1.
- Les études in vitro avec des microsomes hépatiques humains indiquent que l'ertapénème n'inhibe pas le métabolisme médié par les six principales isoformes du CYP : 1A2, 2C9, 2C19, 2D6, 2E1 et 3A4.
ELIMINATION :
- Après l'administration d'une dose intraveineuse de 1 g d'ertapénème radiomarqué à des adultes jeunes sains (âgés de 23 à 49 ans), environ 80% sont retrouvés dans les urines et 10% dans les fèces. Sur 80% retrouvés dans les urines, environ 38% sont éliminés sous forme inchangée d'ertapénème et environ 37% sous forme de métabolite à cycle ouvert.
- Chez des adultes jeunes sains (âgés de 18 à 49 ans) et des patients âgés de 13 à 17 ans, traités par une dose intraveineuse de 1 g, la demi-vie plasmatique moyenne est d'environ 4 heures. La demi-vie plasmatique moyenne chez les enfants âgés de 3 mois à 12 ans est d'environ 2,5 heures. Les concentrations moyennes d'ertapénème retrouvées dans les urines dépassent 984 microgrammes/ml au cours de la période 0 à 2 heures après l'administration et elles dépassent 52 microgrammes/ml au cours de la période 12 à 24 heures après l'administration.
POPULATIONS SPECIALES :
- Sexe :
Les concentrations plasmatiques d'ertapénème sont comparables chez l'homme et la femme.
- Personnes âgées :
Après l'administration d'une dose intraveineuse de 1 g et de 2 g d'ertapénème, les concentrations plasmatiques sont légèrement plus élevées (environ 39% et 22%, respectivement) chez les personnes âgées saines (> = 65 ans) que chez les adultes plus jeunes (< 65 ans). En l'absence d'insuffisance rénale sévère, aucune adaptation posologique n'est nécessaire chez les patients âgés.
- Enfants et adolescents :
. Les concentrations plasmatiques d'ertapénème sont comparables chez les patients adolescents de 13 à 17 ans et les adultes après l'administration d'une dose intraveineuse de 1 g une fois par jour.
. Les paramètres pharmacocinétiques étaient généralement comparables chez des patients âgés de 13 à 17 ans et chez des jeunes adultes sains, après administration d'une dose de 20 mg/kg (jusqu'à une dose maximum de 1 g). Afin d'estimer les données pharmacocinétiques dans le cas où tous les patients de cette tranche d'âge avaient reçu une dose de 1 g, celles-ci ont été calculées en ajustant la dose à 1 g, en supposant une linéarité. Une comparaison des résultats montre que le profil pharmacocinétique obtenu après une dose de 1 g une fois par jour chez des patients âgés de 13 à 17 ans est comparable à celui des adultes. Les ratios (13 à 17 ans/adultes) pour l'ASC, la concentration en fin de perfusion et la concentration au milieu de l'intervalle de doses étaient de 0,99 ; 1,20 et 0,84 respectivement.
. Les concentrations plasmatiques au milieu de l'intervalle de doses après administration intraveineuse d'une dose de 15 mg/kg d'ertapénème chez des patients âgés de 3 mois à 12 ans sont comparables aux concentrations plasmatiques au milieu de l'intervalle de doses après administration intraveineuse d'une dose de 1 g une fois par jour chez des adultes (voir concentrations plasmatiques). La clairance plasmatique (ml/min/kg) de l'ertapénème chez des patients âgés de 3 mois à 12 ans est environ 2 fois plus élevée comparée à celle des adultes. A la dose de 15 mg/kg, la valeur de l'ASC et les concentrations plasmatiques au milieu de l'intervalle de dose chez des patients âgés de 3 à 12 ans, étaient comparables à celles de jeunes adultes sains recevant une perfusion intraveineuse de 1 g d'ertapénème.
- Insuffisance hépatique :
La pharmacocinétique de l'ertapénème chez les patients ayant une insuffisance hépatique n'a pas été établie. En raison de l'ampleur limitée du métabolisme hépatique de l'ertapénème, aucune modification de la pharmacocinétique de l'ertapénème par insuffisance hépatique n'est attendue. Par conséquent, aucune adaptation posologique n'est recommandée chez les patients ayant une insuffisance hépatique.
- Insuffisance rénale :
. Après l'administration d'une dose unique intraveineuse de 1 g d'ertapénème chez l'adulte, les ASC de l'ertapénème total (lié et non lié) et de l'ertapénème non lié sont similaires chez les patients ayant une insuffisance rénale légère (Clcr : 60 à 90 ml/min/1,73 m²) et chez les sujets sains (âgés de 25 à 82 ans). Les ASC de l'ertapénème total et de l'ertapénème non lié augmentent chez les patients ayant une insuffisance rénale modérée (Clcr : 31 à 59 ml/min/1,73 m²) d'environ 1,5 fois et 1,8 fois, respectivement par rapport aux sujets sains. Les ASC de l'ertapénème total et de l'ertapénème non lié augmentent chez les patients ayant une insuffisance rénale sévère (Clcr : 5 à 30 ml/min/1,73 m²) d'environ 2,6 fois et 3,4 fois, respectivement, par rapport aux sujets sains. Les ASC de l'ertapénème total et de l'ertapénème non lié augmentent chez les patients qui nécessitent une hémodialyse d'environ 2,9 fois et 6,0 fois, respectivement, entre les séances de dialyse, par rapport aux sujets sains. Après l'administration d'une dose unique intraveineuse de 1 g immédiatement avant une séance d'hémodialyse, environ 30% de la dose administrée sont retrouvés dans le dialysat. Il n'y a pas de données chez les enfants et adolescents ayant une insuffisance rénale.
. Il n'y a pas de données appropriées de tolérance et d'efficacité de l'ertapénème chez des patients ayant une insuffisance rénale sévère et les patients nécessitant une hémodialyse pour justifier une recommandation posologique. Par conséquent, l'ertapénème ne doit pas être utilisé chez ces patients.
 

 

 

Pharmapress est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale.Veuillez nous signaler toute erreur ou information incomplète.Merci

Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire