LEVAQUIN

 



LEVAQUIN 500 mg, Comprimé enrobé

Présentation : Boîte de 5
Distributeur ou fabriquant : GENPHARMA
Composition : Lévofloxacine
PPM : 105.00 Dh

 

 
Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

Elles procèdent de l'activité antibactérienne et des caractéristiques pharmacocinétiques de la lévofloxacine. Elles tiennent compte à la fois des études cliniques auxquelles a donné lieu le médicament et de sa place dans l'éventail des produits antibactériens actuellement disponibles.

Elles sont limitées chez l'adulte au traitement des infections bactériennes dues aux germes sensibles à la lévofloxacine telles que:

• sinusites aiguës,

• exacerbations aiguës des bronchites chroniques,

• pneumonies communautaires,

• prostatites,

• pyélonéphrites aiguës,

• infections biliaires,

• infections intestinales.

Situations particulières :

Traitement prophylactique post-exposition et traitement curatif de la maladie du charbon.

Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.

Alerte ANSM du 09/10/12 :

La lévofloxacine est indiquée chez l’adulte dans le traitement des sinusites aiguës bactériennes, exacerbations aiguës de bronchite chronique, pneumonies communautaires, infections compliquées de la peau et des tissus mous UNIQUEMENT lorsque les antibiotiques recommandés dans les traitements initiaux de ces infections sont jugés inappropriés.



Posologie LEVOFLOXACINE 500 mg Comprimé pelliculé sécable Boîte de 5

Ce médicament est administré en une ou deux prises quotidiennes.

La posologie est fonction de l'indication, de la gravité et du siège de l'infection, de la sensibilité du germe en cause, et du poids du sujet.

En cas de traitement initial par la forme injectable, le relais par voie orale peut en général être pris après quelques jours, selon l'état du patient. Compte tenu de la bioéquivalence des formes orale et parentérale, la posologie reste la même (voir Section Propriétés pharmacocinétiques).

Posologie

Chez l'adulte à fonction rénale normale (clairance de la créatinine > 50 ml/min)

 

Indications thérapeutiques

posologie quotidienne

voie d'administration

sinusites aiguës

1 x 500 mg/24 heures

orale

exacerbations aiguës des bronchites chroniques

1 x 500 mg/ 24 heures

orale

pneumonies communautaires

1 à 2 x 500 mg/24 heures

orale

IV/orale *

prostatites

1 x 500 mg/24 heures

orale

IV/orale*

pyélonéphrites aiguës

1 x 500 mg/24 heures

IV/orale*

infections biliaires §

1 x 500 mg/24 heures

IV/orale*

infections intestinales

1 x 500 mg/24 heures

orale

°Traitement oral en relais du traitement IV initial, à la même posologie et selon la même fréquence d'administration quotidienne.

§En association à un nitro-imidazolé en cas de suspicion d'infection mixte aérobie-anaérobie.

Situations particulières

Maladie du charbon : traitement prophylactique post-exposition et traitement curatif des personnes symptomatiques pouvant recevoir un traitement per os, soit d'emblée, soit en relais d'un traitement parentéral : 500 mg/jour en une prise.

La durée de traitement est de 8 semaines lorsque l'exposition au charbon est avérée.

Chez l'insuffisant rénal (clairance de la créatinine # 50 ml/min)

clairance de la créatinine

posologie: 1 x 500 mg/24 h

posologie: 2 x 500 mg/24h

 

dose initiale : 500 mg

dose initiale: 500 mg

50 - 20 ml/min

puis: 500 mg/24h

puis: 500 mg/12h

19-10 ml/min

puis: 125 mg/24h

puis: 125 mg/12h

< 10 ml/min

(y compris hémodialyse et DPCA)*

puis: 125 mg/24h

puis: 125 mg/24h

*Aucune dose supplémentaire n'est nécessaire après hémodialyse ou dialyse péritonéale continue ambulatoire (DPCA).

Chez l'insuffisant hépatique

Pas d'adaptation posologique.

Chez la personne âgée

Adaptation posologique selon la valeur de la clairance de la créatinine calculée à l'aide de la formule de Cockcroft à partir d'un poids récent du sujet :

Chez l'homme :

Cl cr (ml/min) = poids(kg) x (140 - âge en année)

0.814 x créatininémie (µmol/l)

Chez la femme :

Cl cr (ml/min) = 0.85 x clairance de la créatinine de l'homme.

Chez l'enfant

L'utilisation de la lévofloxacine chez les enfants et les adolescents en phase de croissance est contre-indiquée (voir Section Contre-indications Contre-indications).

Mode d'administration

Les comprimés doivent être administrés par voie orale. Les comprimés peuvent être pris pendant ou entre les repas (voir Section Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions et Section Propriétés pharmacocinétiques).



Contre indications

Les comprimés de lévofloxacine ne doivent pas être utilisés dans les cas suivants :

• hypersensibilité à la lévofloxacine, ou à un produit de la famille des quinolones, ou à l'un des excipients,

• épilepsie,

• déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD),

• antécédents de tendinopahies avec une fluoroquinolone (voir Section Mises en garde et précautions d'emploi et Section Effets indésirables),

• enfant jusqu'à la fin de la période de croissance et adolescent, en raison de la toxicité articulaire démontrée chez l'animal (voir Section Données de sécurité précliniques),

• allaitement (voir Section Grossesse et allaitement).



Effets indésirables Levofloxacine

Les informations présentées ci-dessous proviennent des études cliniques réalisées chez plus de 5 000 patients et des données de surveillance post-marketing.

Les fréquences sont définies comme suit:

Très fréquent: supérieur à 10%

Fréquent: 1% à 10%

Occasionnel: 0.1% à 1%

Rare: 0.01% à 0.1%

Très rare: inférieur à 0.01%

Cas isolés

• Appareil digestif, métabolisme: fréquemment, nausées, diarrhée; occasionnellement, anorexie, vomissements, douleurs abdominales, dyspepsie; rarement, diarrhée sanglante, entérocolite, colite pseudo-membraneuse, (voir SectionMises en garde et précautions d'emploi); très rarement, hypoglycémie en particulier chez le diabétique.

• Système nerveux: occasionnellement, céphalées, vertiges, somnolence, insomnie; rarement, paresthésies, tremblements, anxiété, agitation, confusion, convulsions; très rarement, hypoesthésie, troubles visuels et auditifs, troubles du goût et de l'odorat, hallucinations.

• Cardio-vasculaire: rarement, tachycardie, hypotension ; très rarement, allongement de l'intervalle QT (voir Section Surdosage).

• Appareil locomoteur : rarement arthralgies, myalgies, tendinites touchant principalement le tendon d'Achille, pouvant survenir dans les premières 48 heures de traitement et devenir bilatérales; très rarement, rupture tendineuse (voir SectionContre-indications, Section Mises en garde et précautions d'emploi), faiblesse musculaire qui peut revêtir une importance particulière chez les patients atteints de myasthénie (voir Section Mises en garde et précautions d'emploi); cas isolés de rhabdomyolyse et de rupture musculaire.

• Manifestations cutanéo-muqueuses, anaphylactiques ou anaphylactoïdes, pouvant survenir lors de la première prise: occasionnellement, prurit, éruption cutanée; rarement, urticaire, bronchospasme/dyspnée; très rarement, photosensibilisation, oedème de Quincke, hypotension, choc de type anaphylactique; cas isolés d'éruptions bulleuses graves telles que syndrome de Stevens-Johnson, syndrome de Lyell ou érythème polymorphe.

• Foie: fréquemment, augmentation des enzymes hépatiques (ASAT, ALAT), occasionnellement, augmentation de la bilirubine; très rarement, hépatite.

• Rein: occasionnellement, augmentation de la créatininémie; très rarement, insuffisance rénale aiguë (néphrite interstitielle aiguë).

• Hématologie: occasionnellement, éosinophilie, leucopénie; rarement, neutropénie, thrombocytopénie; très rarement, agranulocytose; cas isolés d'anémie hémolytique, pancytopénie.

• Autres: occasionnellement, asthénie; très rarement, pneumopathie allergique.

Alerte ANSM du 09/10/12 :

Des effets indésirables ont été observés, notamment la rupture ligamentaire, le coma hypoglycémique, l’hypertension intracrânienne bénigne, la tachycardie ventriculaire pouvant entraîner un arrêt cardiaque et les cas fatals d’hépatotoxicité.

Précautions d'emploi

• Infections à Clostridium difficile

Comme avec d'autres antibactériens à large spectre, de rares cas de colite pseudo-membraneuse ont été signalées pendant ou après un traitement par lévofloxacine. Il convient alors d'arrêter le traitement par lévofloxacine si celui-ci est en cours, de mettre en route une antibiothérapie adaptée. Dans ce cas, l'utilisation d'inhibiteurs du péristaltisme est contre-indiquée (voir Section Effets indésirables).

• Tendinites

Les tendinites intéressent plus particulièrement le tendon d'Achille et peuvent conduire à une rupture. Elles peuvent survenir dès les premières 48 heures de traitement et devenir bilatérales. Elles touchent préférentiellement les sujets à risque : sujets âgés de plus de 65 ans, sujets soumis à une corticothérapie (y compris inhalée). La présence de ces deux facteurs majore très nettement le risque de tendinite. Il est nécessaire d'adapter la dose quotidienne chez le sujet âgé en fonction de la clairance de la créatinine (voir Section Posologie et mode d'administration).

L'apparition de signes de tendinite demande un arrêt du traitement, la mise au repos des deux tendons d'Achille par une contention appropriée ou des talonnettes et un avis en milieu spécialisé (voir Section Contre-indications et Section Effets indésirables).

• Myasthénie

La lévofloxacine doit être utilisée avec prudence chez les sujets atteints de myasthénie (voir Section Effets indésirables).

• Sujets prédisposés aux convulsions

La lévofloxacine doit être utilisée avec prudence chez des sujets ayant des antécédents de convulsions ou des facteurs prédisposant à la survenue de convulsions (voir Section Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

• Insuffisants rénaux

Du fait de l'excrétion essentiellement rénale de la lévofloxacine, une adaptation posologique est nécessaire chez les insuffisants rénaux (voir Section Posologie et mode d'administration).

• Photosensibilisation

Eviter l'exposition au soleil ou aux rayonnements UV (lampe à bronzer, solarium,..) pendant la durée du traitement et pendant les 48 heures suivant l'arrêt de celui-ci en raison du risque de photosensibilisation (voir Section Effets indésirables).

• Interférences avec les examens biologiques

La lévofloxacine peut inhiber la croissance de Mycobacterium tuberculosis, et ainsi faussement négativer le diagnostic bactériologique de tuberculose.

Alerte ANSM du 09/10/12 :

Certains effets indésirables nécessitent une information du patient et/ou une surveillance de ce dernier, notamment les tendinopathies et les ruptures tendineuses, les anémies hémolytiques chez les patients atteints d’un déficit en G6PD, les réactions bulleuses graves, les troubles de la glycémie chez les patients diabétiques, les saignements chez les patients traités par un antagoniste de la vitamine K, les réactions psychotiques chez les patients psychotiques ou chez des patients ayant des antécédents psychiatriques, l’allongement de l’intervalle QT, les troubles hépatobiliaires, la survenue de troubles de la vision ou tout autre manifestation oculaire qui nécessitent alors un avis ophtalmologique immédiat.

Les données épidémiologiques doivent être prises en compte pour le choix de l’antibiotique, notamment l’incidence croissante de la résistance aux fluoroquinolones de E. coli , pathogène le plus fréquemment responsable des infections urinaires.



Interactions avec d'autres médicaments

La lévofloxacine ne modifie pas la pharmacocinétique de la théophilline ni de la digoxine.

Associations nécessitant une précaution d'emploi

• Didanosine (DDI). Diminution de l'absorption digestive de la lévofloxacine en raison de l'augmentation du pH gastrique (présence d'un anti-acide dans le comprimé ou la poudre de DDI). Prendre la didanosine à distance de la lévofloxacine (plus de 2 heures si possible).

• Fer (sels) (voie orale).Diminution de l'absorption digestive de la lévofloxacine. Prendre les sels de fer à distance de la lévofloxacine (plus de 2 heures si possible).

• Topiques gastro-intestinaux: sels, oxydes, hydroxydes de magnésium, d'aluminium et de calcium. Diminution de l'absorption digestive de la lévofloxacine. Prendre les topiques gastro-intestinaux à distance de la lévofloxacine (plus de 4 heures si possible).

• Zinc (sels) (voie orale). Décrit pour des quantités de sels de zinc supérieures à 30 mg/jour. Diminution de l'absorption digestive de la lévofloxacine. Prendre les sels de zinc à distance de la lévofloxacine (plus de 2 heures si possible).

• Sucralfate. Diminution de l'absorption digestive de la lévofloxacine. Prendre le sucralfate à distance de la lévofloxacine (plus de 2 heures si possible).

• Anticoagulants oraux. Augmentation de l'effet de l'anticoagulant oral et du risque hémorragique. Contrôle plus fréquent de l'INR. Adaptation éventuelle de la posologie de l'anticoagulant oral pendant le traitement par la lévofloxacine et après son arrêt.

Associations à prendre en compte

• Probénécide, Cimétidine. Diminution de la sécrétion tubulaire rénale de la lévofloxacine.La co-administration avec la lévofloxacine ne doit pas avoir de conséquences chez le sujet aux fonctions rénales normales. Prendre en compte cette interaction lors d'une prescription chez le malade insuffisant rénal.

 

L'alimentation est sans conséquence clinique sur l'absorption de la lévofloxacine (voir Section Propriétés pharmacocinétiques).

Problèmes particuliers du déséquilibre de l'INR

De nombreux cas d'augmentation de l'activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l'âge et l'état général du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l'INR. Cependant, certaines classes d'antibiotiques sont davantage impliquées : il s'agit notamment des fluoroquinolones, des macrolides, des cyclines, du cotrimoxazole et de certaines céphalosporines.



Grossesse et allaitement

Grossesse

Il est préférable, par mesure de précaution, de ne pas utiliser la lévofloxacine pendant la grossesse.

En effet, bien que les études effectuées chez l'animal n'aient pas mis en évidence d'effet tératogène, les données cliniques sont encore insuffisantes.

Des atteintes articulaires ont été décrites chez des enfants traités par des quinolones, mais à ce jour, aucun cas d'arthropathie secondaire à une exposition in utero n'est rapporté.

Allaitement

Les fluoroquinolones passent dans le lait maternel. En raison du risque d'atteinte articulaire chez l'enfant, l'allaitement est contre indiqué au cours d'un traitement par fluoroquinolone.



Effet sur la conduite de véhicules

Certains effets indésirables peuvent diminuer la capacité de concentration et de réaction nécessaire à l'exécution de certaines tâches. Il convient d'avertir les conducteurs de véhicules et les utilisateurs de machines de ce risque potentiel (voir Section Effets indésirables ).



Comment ça marche ?

Sujets aux fonctions rénales normales :

Absorption

Après administration orale de 500 mg x 1/jour, les pics plasmatiques moyens à J1 et à l'état d'équilibre sont respectivement de 5,2 mg/L et 5,7 mg/L à 1,1 heure.

Après administration orale de 500 mg x 2/jour, les pics plasmatiques moyens à J1 et à l'état d'équilibre sont respectivement de 5,2 mg/L et 7,8 mg/L à 1,1 heure.

Après administration orale de 500 mg x 1/jour et de 500 mg x 2/jour, les concentrations minimales sont respectivement de 0,51 mg/L et 2,97 mg/L à l'état d'équilibre.

La biodisponibilité absolue est d'environ 100%. La lévofloxacine suit une pharmacocinétique linéaire pour les doses allant de 50 à 600 mg.

La prise d'aliments a peu d'effets sur l'absorption de la lévofloxacine (non cliniquement décelable).

Distribution plasmatique

Le taux de liaison aux protéines plasmatiques est de 30 à 40% pour la lévofloxacine. L'administration répétée de 500 mg une fois par jour entraîne une très faible accumulation plasmatique du produit. Pour des doses supérieures à 500 mg deux fois par jour, il existe une accumulation faible mais prévisible. L'état d'équilibre est atteint en trois jours.

Pénétration dans les tissus et les liquides de l'organisme

Pénétration dans la muqueuse bronchique, le film épithélial alvéolaire

Après administration de 500 mg per os, la lévofloxacine pénètre rapidement dans la muqueuse bronchique et le film épithélial alvéolaire avec respectivement des concentrations maximales de 8.3 microgrammes/g et 10.8 microgrammes/g et des rapports de pénétration muqueuse bronchique/sérum et film épithélial alvéolaire /sérum respectivement de 0.9 à 1.8 et de 0.8 à 3.

Pénétration dans le parenchyme pulmonaire

La lévofloxacine pénètre rapidement dans le parenchyme pulmonaire. Après administration de 500 mg per os, les concentrations maximales sont de 11.3 microgrammes/g et sont atteintes entre 4 et 6 heures, avec des rapports poumons/plasma allant de 2 à 5. Les concentrations pulmonaires sont constamment supérieures aux concentrations plasmatiques.

Pénétration dans le liquide interstitiel

La lévofloxacine pénètre rapidement dans le liquide interstitiel. Les concentrations maximales obtenues 2 à 4 heures après l'administration pendant 3 jours de 500 mg une à deux fois par jour sont respectivement de 4.0 microgrammes/ml et de 6.7 microgrammes/ml avec un rapport liquide interstitiel/plasma d'environ 1.

Pénétration dans la bile et la paroi vésiculaire

La lévofloxacine pénètre rapidement dans la bile et la paroi vésiculaire. Après administration de 500 mg/j de lévofloxacine (IV/per os), les concentrations moyennes mesurées sont respectivement, dans la bile et la paroi vésiculaire, de 9.68 +/- 13.97 mg/L et 6.05 +/- 3.56 mg/L entre 0 et 3 heures, de 4.40 +/- 2.62 mg/L et 1.84 +/- 0.65 mg/L entre 6 et 12 heures, de 2.88 +/- 1.29 et 1.73 +/- 1.44 mg/L entre 13 et 18 h, et enfin de 8.70 +/- 12.26 et 0.86 +/- 0.44 mg/L entre 19 et 24 h.

Le degré d'obstruction biliaire explique la variabilité des concentrations biliaires observées.

Pénétration dans le tissu hépatique

Après administration de 500 mg de lévofloxacine par voie intraveineuse en dose unique, les concentrations moyennes observées dans le tissu hépatique 1h30 après injection sont de 18.0 +/- 5.4 microgrammes/g.

Pénétration dans le tissu prostatique

Après administration de 500 mg une fois par jour pendant 3 jours, les moyennes des concentrations obtenues 2 heures, 6 heures et 24 heures après la prise sont respectivement de 8,7 +/- 4,3 microgrammes/g, 8,2 +/- 3,4 microgrammes/g et 2,0 +/- 1,6 microgrammes/g avec un rapport prostate/plasma de 1,84.

Concentration dans les urines

Après administration de 500 mg de lévofloxacine per os en une prise unique, les concentrations urinaires moyennes obtenues de 0 à 4 heures, de 4 à 8 heures et de 8 à 12 heures, de 12 à 24 heures sont respectivement de 237 +/- 111 mg/L, 289 +/- 167 mg/L, 200 +/- 156 mg/L et de 108 +/- 52 mg/L.

Métabolisme

La lévofloxacine est très peu métabolisée, ses métabolites étant la déméthyl-lévofloxacine et la lévofloxacine N-oxyde. Ces métabolites représentent moins de 5% de la dose excrétée dans l'urine. La lévofloxacine est stéréochimiquement stable et ne subit pas d'inversion chirale.

Elimination

Après administration orale et intraveineuse, la demi-vie d'élimination de la lévofloxacine est de 6 à 8 heures environ. Son excrétion est essentiellement rénale avec 85% de la dose administrée retrouvée dans les urines et 12.8% dans les fécès.

Il n'existe pas de différences majeures entre la pharmacocinétique de la lévofloxacine après administration intraveineuse ou orale.

Insuffisants rénaux

L'insuffisance rénale modifie la pharmacocinétique de la lévofloxacine. Lorsque la fonction rénale diminue, l'élimination et la clairance rénale (Clr) de la lévofloxacine diminuent et les demi-vies apparentes d'élimination augmentent.

Clcr (ml/min)

<20

20-40

50-80

Clr (ml/min)

13

26

57

t 1/2 (heure)

35

27

9

 

Sujets âgés

Il n'existe pas de différence majeure entre la cinétique de la lévofloxacine chez le sujet jeune et chez le sujetâgé, à l'exception des différences liées à la clairance de la créatinine.

 

 

 

Pharmapress est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale.Veuillez nous signaler toute erreur ou information incomplète.Merci

 


Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire