MACROCID

 



MACROCID 500 mg , Comprimé

Présentation : Boîte de 20
Distributeur ou fabriquant : PHARMA5
Composition : Erythromycine
PPM : 82.90 Dh

 

 
Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

 

Elles procèdent de l'activité antibactérienne et des caractéristiques pharmacocinétiques de l'érythromycine. Elles tiennent compte à la fois des études cliniques auxquelles a donné lieu ce médicament et de sa place dans l'éventail des produits antibactériens actuellement disponibles.

Elles sont limitées aux infections sévères dues aux germes définis comme sensibles :

• Angines documentées à streptocoque A bêta-hémolytique, en alternative au traitement par bêta-lactamines, particulièrement lorsque celui-ci ne peut être utilisé.

• Sinusites aiguës. Compte tenu du profil microbiologique de ces infections, les macrolides sont indiqués lorsqu'un traitement par une bêta-lactamine est impossible.

• Surinfections des bronchites aiguës.

• Exacerbations des bronchites chroniques.

• Pneumopathies communautaires chez des sujets :

o sans facteurs de risque,

o sans signes de gravité clinique,

o en l'absence d'éléments cliniques évocateurs d'une étiologie pneumococcique.

En cas de suspicion de pneumopathie atypique, les macrolides sont indiqués quels que soient la gravité et le terrain.

• Infections cutanées bénignes : impétigo, impétiginisation des dermatoses, ecthyma, dermo-hypodermite infectieuse (en particulier, érysipèle), érythrasma, acné inflammatoire mineure à modérée et composante inflammatoire des acnés mixtes, en alternative au traitement par les cyclines, lorsque celles-ci ne peuvent être utilisées.

• Infections stomatologiques.

• Infections génitales non gonococciques.

• Chimioprophylaxie des rechutes du RAA en cas d'allergie aux bêta-lactamines.

Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.

 



Posologie ERYTHROCINE 500 mg Granulé pour solution buvable Boîte de 12 Sachets-dose

 

VOIE ORALE.

 

Ce médicament est adapté à l'adulte et l'enfant à partir de 25 kg (soit environ à partir de 8 ans).


 

Adulte : 2 à 3 g par jour, soit 2 sachets 2 à 3 fois par jour.

 

Cas particulier :

Acné : 1 g par jour, soit 1 sachet 2 fois par jour pendant au moins 3 mois.

 

Enfant : 30 à 50 mg/kg par jour.

- entre 25 et 35 kg (soit environ entre 8 à 12 ans) : 1 sachet deux fois par jour.

- Entre 35 et 50 kg (soit environ entre 12 à 15 ans) : 1 sachet trois fois par jour.

 

La prise avant le repas assure les meilleurs taux sériques.

 

Durée du traitement

 

La durée du traitement des angines est de 10 jours.

 



Contre indications

 

Ce médicament ne DOIT PAS JAMAIS ETRE UTILISE dans les situations suivantes :

- allergie à l'érythromycine,

- en association avec :

- le bépridil

- le cisapride

- les alcaloïdes de l'ergot de seigle vasoconstricteurs

- la methylergometrine

- la mizolastine

- le pimozide

- le sertindole

- la simvastatine

(voir Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions)

 

Ce médicament est GENERALEMENT DECONSEILLE en association avec :

- l'alfuzosine

- les alcaloïdes de l'ergot de seigle dopaminergiques

- la buspirone

- la carbamazépine

- la ciclosporine

- la colchicine

- le disopyramide

- l'ebastine

- l'halofantrine,

- la lumefantrine

- le tacrolimus

- la théophylline

- la toltérodine

- le triazolam

 

(voir Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions)

 



Effets indésirables Erythrocine

 

Manifestations digestives : nausées, vomissements, gastralgie, diarrhée. D'exceptionnels cas de colites pseudo-membraneuses ont été rapportés. De rares cas de pancréatite, pouvant survenir rapidement après le début du traitement notamment lors de l'utilisation de forte dose ou au cours d'un surdosage, ont été rapportés.

 

Manifestations cutanées allergiques ; très rarement, voire exceptionnellement : érythème polymorphe, syndrome de Lyell, syndrome de Stevens Johnson.

 

De rares cas d'atteinte hépatique avec élévation des phosphatases alcalines et/ou des transaminases ont été rapportées avec parfois des manifestations cliniques (ictère, fièvre) éventuellement associées des “douleurs abdominales aiguës”. L'apparition de signes cliniques impose l'arrêt immédiat du traitement.

 

Manifestations d'ototoxicité chez les patients âgés, porteurs d'une insuffisance hépatique ou rénale (voir Mises en garde et précautions particulières d'emploi).

 

Des cas isolés d'acouphènes ont été rapportés.

Des cas isolés d'hypoacousie réversible ont été rapportés essentiellement chez les patients atteints d'une insuffisance rénale et chez les patients traités par de forte dose d'érythromycine.

Des cas de néphrite interstitielle ont été rapportés.

Précautions d'emploi

 

Mise en garde :

Une diarrhée importante survenant pendant ou après un traitement par érythromycine doit faire évoquer la possibilité d'une colite pseudo-membraneuse dont quelques rares cas ont été rapportés avec l'érythromycine comme avec pratiquement tous les antibiotiques.

 

Des cas exceptionnels de sténose hypertrophique du pylore ont été rapportés chez des nouveau-nés sans que le mécanisme n'en ait été établi.

 

En cas d'insuffisance hépatique, l'administration d'érythromycine n'est pas recommandée. Si elle est nécessaire, elle justifie alors une surveillance régulière des tests hépatiques et éventuellement une réduction de posologie.

En raison de la présence de saccharose, ce médicament est contre-indiqué en cas d'intolérance au fructose, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en sucrase-isomaltase.

 

Ce médicament contient 3,7 g de saccharose par sachet : en tenir compte dans la ration journalière.

 

Ce médicament contient 65 mg de sodium par sachet : en tenir compte chez les personnes suivant un régime hyposodé, strict.

 

Interactions avec les examens paracliniques :

L'érythromycine, comme d'autres antibiotiques peut interférer dans les dosages urinaires de catécholamines par fluorescence. Cette interférence peut s'observer principalement avec les techniques non chromatographiques, et dans une moindre mesure, après séparation chromatographique.

 



Interactions avec d'autres médicaments

 

Associations contre-indiquées :

 

Alcaloïdes de l'ergot de seigle vasoconstricteurs : risque de vasoconstriction coronaire ou des extrémités (ergotisme) ou de poussées hypertensives.

 

Bepridil : risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.

 

Cisapride : risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointe.

 

Methylergométrine : risque de vasoconstriction et/ou poussées hypertensives.

 

Mizolastine : risque de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.

 

Pimozide : risque de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.

 

Sertindole : risque majoré de troubles dy rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.

 

Simvastatine : risque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse (diminution du métabolisme hépatique de l'hypocholestérolémiant).

 

Associations déconseillées :

 

Alcaloïdes de l'ergot de seigle dopaminergiques : augmentation des concentrations plasmatiques du dopaminergique avec accroissement possible de son activité ou apparition de signes de surdosage.

 

Alfusozine : risque d'augmentation des concentrations plasmatiques de l'alfuzsone et de ses effets indésirables.

 

Buspirone : augmentation des concentrations plasmatiques de la buspirone par diminution de son métabolisme hépatique, avec majoration important de la sédation.

 

 

Carbamazépin e : augmentation des concentrations plasmatiques de la carbamazépine, avec signes de surdosage, par inhibition de son métabolisme hépatique.

Il est possible d'utiliser d'autres macrolides (sauf spiramycine) dont l'interférence au plan clinique est actuellement considérée comme minime ou nulle. Cependant, en cas de légionellose, l'érythromycine reste l'antibiotique de référence ; une surveillance clinique, avec contrôle des concentrations plasmatiques de carbamazépine, est alors souhaitable en milieu spécialisé.

 

Ciclosporine : augmentation des concentrations de ciclosporine et de la créatininémie (inhibition du métabolisme hépatique de la ciclosporine par le macrolide).

 

Colchicine : Augmentation des effets indésirables de la colchicine aux conséquences potentiellement fatales.

 

Disopyramide : risque de majoration des effets indésirables du disopyramide : hypoglycémies sévères, allongement de l'intervalle QT et troubles du rythme ventriculaire graves, notamment à type de torsades de pointe.

 

Ebastine : risque majoré de troubles du rythme ventriculaire chez les sujets prédisposés (syndrome du QT long congénital).

 

Halofantrine : risque majoré de troubles de ryhtme ventriculaire, notamment de torsades de pointes. Si cela est possible, interrompre le macrolide. Si l'association ne peut être évitée, contrôle préalable du QT et surveillance ECG monitorée.

 

Lumefantrine : risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes. Si cela est possible, interrompre le torsdogène associé. Si l'association ne peut être évitée, contrôle préalable du QT et surveillance ECG monitorée.

 

Tacrolimus : augmentation des concentrations sanguines de tacrolimus et de la créatininémie, par inhibition du métabolisme hépatique du tacrolimus par l'érythromycine.

 

Théophylline (et par extrapolation aminophylline) : surdosage en théophylline par diminution de son élimination hépatique, plus particulièrement dangereux chez l'enfant. Il est possible d'utiliser d'autres macrolides (sauf spiramycine) dont l'interférence au plan clinique est actuellement considérée comme minime ou nulle. Cependant, en cas de légionellose, l'érythromycine reste l'antibiotique de référence : une surveillance clinique avec contrôle des concentrations plasmatiques de théophylline, est alors souhaitable en milieu spécialisé.

 

Toltérodine : augmentation des concentrations de toltérodine chez les métaboliseurs lents, avec risque de surdosage.

 

Triazolam : quelques cas de majoration des effets indésirables du triazolam (troubles du comportement) ont été rapportés.

 

Associations faisant l'objet de précautions d'emploi :

Anticoagulants oraux : augmentation de l'effet anticoagulant oral et du risque hémorragique.

Contrôle plus fréquent de l'INR. Si nécessaire, adaptation de la posologie de l'anticoagulant oral pendant le traitement par le macrolide et après son arrêt.

 

Alfentanil : augmentation de l'effet dépresseur respratoire de l'analgésique opiacé par diminution de son métabolisme hépatique. Adapter la posologie de l'alfentanil en cas de traitement par l'érythromycine.

 

Atorvastatine : risque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse, par diminution du métabolisme hépatique de l'hypocholesterolemiant. Utiliser des doses plus faibles d'hypocholestérolémaint. Si l'objectif thérapeutique n'est pas atteint, utiliser une autre statine non concernée par ce type d'interaction.

 

Darifenacine : augmenation des conentrations de darifénacine, avec risque de majoration de ses effets indésirables. Surveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de darifénacine.

 

Digoxine : élévation de la digoxinémie par augmentation de l'absorption de la digoxine. Surveillance clinique et éventuellement de la digoxinémie pendant le traitement par l'érythromycine et après son arrêt.

 

Inhibiteur de la phosphodiesterase de type 5 (sauf vardenafil ) : augmentation des concentrations plasmatiques de l'inhibiteur de la PDE5, avec risque d'hypotension. Débuter le traitement par l'inhibiteur de la PDE5 à la dose minimale en cas d'association avec l'un de ces médicaments.

 

Inhibiteurs des tyrosines kinases : risque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.

Surveillance clinique.

 

Midazolam : augmentation des concentrations plasmatiques de midazolam par diminution de son métabolisme hépatique, avec majoration de la sédation, notamment chez l'enfant. Surveillance clinique et réduction de la posologie pendant le traitement par l'érythromycine.

 

Pravastatine : avec l'érythromycine utilisée par voie orale : augmentation de la concentration plasmatique de la pravasatine par l'érythromycine. Surveillance clinique et biologique pendant le traitement par l'antibiotique.

 

Solifenacine : augmentation des concentrations de solifénacine, avec risque de surdosage. Surveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de solifénacine.

 

Vardénafil : Augmentation importante des concentrations plasmatiques de vardénafil, avec risque d'hypotension sévère.

 

Vérapamil : bradycardie et/ou troubles de la conduction auriculo-ventriculaire, par diminution du métabolisme hépatique du vérapamil par l'érythromycine. Surveillance clinique et ECG ; s'il y a lieu, adaptation de la posologie du vérapamil pendant le traitement par l'érythromycine et après son arrêt.

 

Associations à prendre en compte :

 

Dexamethasone : augmentation des concentrations plasmatiques de la dexaméthasone par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur enzymatique, avec risque d'apparition d'un syndrome cushingoïde.

 

Rimonabant : augmentation des concentrations de rimonabant, avec risque de majoration de ses effets indésirables.

 

Venlafaxine : augmentation des concentrations de venlafaxine avec risque de surdosage.

 

Zolpidem : légère augmentation des effets sédatifs du zolpidem.

 

Zopiclone : légère augmentation des effets sédatifs de la zopiclone.

 

Problèmes particuliers du déséquilibre de l'INR

De nombreux cas d'augmentation de l'activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l'âge et l'état général du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l'INR.

 

Cependant, certaines classes d'antibiotiques sont davantage impliquées : il s'agit notamment des fluoroquinolones, des macrolides, des cyclines, du cotrimoxazole et de certaines céphalosporines.

 



Grossesse et allaitement

 

Grossesse :

En raison du bénéfice attendu l'utilisation de l'érythromycine peut être envisagée au cours de la grossesse si besoin. En effet, malgré des données animales insuffisantes, l'utilisation large de l'érythromycine au cours de la grossesse n'a pas révélé, à ce jour, d'effet malformatif ou foetotoxique.

 

Allaitement :

L'érythromycine passe dans le lait maternel ; une diarrhée, de l'irritabilité ont pu être observées chez l'enfant allaité. En conséquence, par mesure de précaution il convient d'éviter d'allaiter pendant la durée du traitement.

 



Comment ça marche ?

 

Absorption :

- L'ingestion du produit avant le repas (environ 1 heure) assure les meilleurs taux sériques.

- Administrée par voie orale, l'érythromycine est absorbée dans la portion supérieure de l'intestin grêle. Le taux de médicament biodisponible est de 60 % à 80 %.

Distribution :

- la demi-vie plasmatique est voisine de 2 heures. L'administration orale de 500 mg d'érythromycine procure une concentration sérique maximale à 1 heure de 2,5 µg/ml.

- l'érythromycine diffuse bien dans tous les tissus de l'organisme notamment au niveau des poumons et des amygdales.

- l'érythromycine diffuse peu dans le liquide céphalo-rachidien.

- l'érythromycine traverse la barrière placentaire.

 

Les macrolides pénètrent et s'accumulent dans les phagocytes (polynucléaires neutrophiles, monocytes, macrophages péritonéaux et alvéolaires).

Les concentrations intraphagocytaires sont élevées chez l'homme.

Comme pour d'autres macrolides, ces propriétés expliquent l'activité de l'érythromycine sur les bactéries intra-cellulaires.

Excrétion :

L'érythromycine est retrouvée principalement sous forme inchangée dans la bile et les urines :

- le foie est la principale voie de bio-transformation de l'érythromycine, par N- déméthylation. La voie principale d'élimination est biliaire,

- il existe également une élimination urinaire mineure du produit.

 

 

 

Pharmapress est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale.Veuillez nous signaler toute erreur ou information incomplète.Merci

 


Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire