PURSENNIDE

 



PURSENNIDE 20 mg, , Comprimé enrobé

Présentation : Boîte de 20
Distributeur ou fabriquant : LAPROPHAN
Composition : Sennosides Calciques
PPM : 16.90 Dh

 

 
Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

Traitement symptomatique de la constipation.


Posologie PURSENNIDE 20 mg Comprimé enrobé Boîte de 20

1 à 2 comprimés après le repas du soir (toujours commencer par 1 comprimé).
Le traitement doit être de courte durée (8 à 10 jours maximum).


Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Antécédents d'hypersensibilité aux sennosides.
- Colopathies organiques inflammatoires (rectocolite ulcéreuse, maladie de Crohn...).
- Syndrome occlusif ou subocclusif.
- Syndromes douloureux abdominaux de cause indéterminée.
- Enfant de moins de 12 ans (sauf prescription médicale).
DECONSEILLE :
- Allaitement : il est déconseillé d'administrer ce produit à la femme en période d'allaitement, le passage des dérivés anthraquinoniques dans le lait maternel ayant été évoqué dans la littérature.
- Association aux anti-arythmiques donnant des torsades de pointes (voir interactions) [anti-arythmiques (amiodarone, brétylium, disopyramide, quinidiniques, sotalol) ; non anti-arythmiques (astémizole, bépridil, érythromycine IV, halofantrine, pentamidine, sparfloxacine, sultopride, terfénadine, vincamine)].


Effets indésirables Pursennide

- Possibilité de diarrhées, de douleurs abdominales, en particulier chez les sujets souffrant de côlon irritable.
- Possibilité d'hypokaliémie.
- Il arrive parfois que, sous l'action de PURSENNIDE, les urines soient légèrement teintées en rouge. Cette coloration due à l'anthraquinone n'implique aucune irritation rénale.

Précautions d'emploi

- Le traitement médicamenteux de la constipation n'est qu'un adjuvant au traitement hygiénodiététique :
. enrichissement de l'alimentation en fibres végétales et en boissons,
. activité physique, rééducation de l'exonération.
- Chez l'enfant, la prescription de laxatifs stimulants doit être exceptionnelle : elle doit prendre en compte le risque d'entraver le fonctionnement normal du réflexe d'exonération.
- Une utilisation prolongée est déconseillée car elle peut entraîner :
. la "maladie des laxatifs" avec colopathie fonctionnelle sévère, mélanose rectocolique, anomalies hydroélectriques avec hypokaliémie ;
. une situation de "dépendance" avec besoin régulier de laxatifs, nécessité d'augmenter la posologie et constipation sévère en cas de sevrage.
Cette dépendance, de survenue variable selon les patients, peut se créer à l'insu du médecin.
- Associations nécessitant des précautions d'emploi : digitaliques ; autres hypokaliémiants [diurétiques hypokaliémiants (seuls ou associés), amphotéricine B (voie IV), corticoïdes (voie générale), tétracosactide].


Interactions avec d'autres médicaments

ASSOCIATIONS DECONSEILLEES :
- Anti-arythmiques donnant des torsades de pointes : amiodarone, brétylium, disopyramide, quinidiniques, sotalol.
Risque majoré de troubles ventriculaires, notamment de torsades de pointes (l'hypokaliémie est un facteur favorisant de même que la bradycardie et un espace QT long préexistant). Utiliser un laxatif non stimulant ou une spécialité ne contenant pas d'anthracénique.
- Non anti-arythmiques donnant des torsades de pointes : astémizole, bépridil, érythromycine IV, halofantrine, pentamidine, sparfloxacine, sultopride, terfénadine, vincamine.
Risque majoré de troubles ventriculaires, notamment de torsades de pointes (l'hypokaliémie est un facteur favorisant, de même que la bradycardie et un espace QT long préexistant). Utiliser un laxatif non stimulant ou une spécialité ne contenant pas d'anthracénique.
ASSOCIATIONS NECESSITANT DES PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Digitaliques :
L'hypokaliémie favorise les effets toxiques des digitaliques. Surveillance de la kaliémie et, s'il y a lieu, ECG Utiliser un laxatif non stimulant ou une spécialité ne contenant pas d'anthracénique.
- Autres hypokaliémiants : amphotéricine B (voie IV), corticoïdes (gluco, minéralo, par voie générale), tétracosactide, diurétiques hypokaliémiants (seuls ou associés).
Risque majoré d'hypokaliémie (effet additif). Surveillance de la kaliémie et si besoin correction. Utiliser un laxatif non stimulant ou une spécialité ne contenant pas d'anthracénique.


Grossesse et allaitement

Allaitement :
Il est déconseillé d'administrer ce produit à la femme en période d'allaitement, le passage des dérivés anthraquinoniques dans le lait maternel ayant été évoqué dans la littérature.


Comment ça marche ?

Les sennosides agissent sur l'intestin grêle et le côlon probablement après hydrolyse bactérienne dans le côlon.
 

 

 

Pharmapress est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale.Veuillez nous signaler toute erreur ou information incomplète.Merci

 


Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire