ZAVEDOS

 



ZAVEDOS 10 mg Lyophilisat Injectable

Présentation : Boîte de 1 Ampoule Injectable
Distributeur ou fabriquant : PFIZER MAROC
Composition : Idarubicine chlorhydrate
PPM : 2516.10 Dh

ZAVEDOS 5 mg Lyophilisat Injectable

Présentation : Boîte de 1 Ampoule Injectable
Distributeur ou fabriquant : PFIZER MAROC
Composition : Idarubicine chlorhydrate
PPM : 1445.70 Dh

 

 

Sommaire
  • Indications
  • Posologie
  • Contre indications
  • Effets indésirables
  • Précautions et autres informations

Indications

• Leucémies aiguës myéloblastiques,

 

• leucémies aiguës lymphoblastiques en rechute.



Posologie ZAVEDOS 10 mg/10 mL Solution injectable pour perfusion IV Boîte de 1 Flacon de 10 ml

Posologie

• Leucémies aiguës myéloblastiques (LAM)

Chez l'adulte, la dose recommandée est de 12 mg/m² par jour en I.V. pendant 3 jours consécutifs, ou 8 mg/m² par jour en I.V. pendant 5 jours consécutifs.

 

• Leucémies aiguës lymphoblastiques (LAL)

Chez l'adulte, la dose recommandée est de 12 mg/m² par jour en I.V. pendant 3 jours consécutifs ; chez l'enfant, la dose recommandée est de 10 mg/m² par jour en I.V. pendant 3 jours consécutifs.

 

• Dose cumulative : une dose cumulative de 93 mg/m² apparaît rarement cardiotoxique chez l'adulte. Le petit enfant peut être plus susceptible à la cardiotoxicité cumulative.

 

Ces schémas posologiques doivent être considérés en tenant compte de l'état hématologique du patient et des doses des autres cytotoxiques associés.

 

Mode d'administration

Voie intraveineuse stricte : la solution reconstituée doit être injectée dans la tubulure d'une perfusion intraveineuse de chlorure de sodium à 0,9 %, en 5 à 10 minutes.

En cas d'extravasation, l'administration sera interrompue immédiatement.

 

Attention :

Il est extrêmement important de s'assurer que l'administration est intraveineuse. Toute extravasation risquerait de produire une nécrose des tissus environnants. Dans ce cas, il convient d'interrompre immédiatement l'injection.

 

Modalités de manipulation

 

La préparation des solutions injectables de cytotoxiques doit être obligatoirement réalisée par un personnel spécialisé et entraîné ayant une connaissance des médicaments utilisés, dans des conditions assurant la protection de l'environnement et surtout la protection du personnel qui manipule. Elle nécessite un local de préparation réservé à cet usage. Il est interdit de fumer, de manger, de boire dans ce local. Les manipulateurs doivent disposer d'un ensemble de matériel approprié à la manipulation notamment blouses à manches longues, masques de protection, calot, lunettes de protection, gants à usage unique stériles, champs de protection du plan de travail, conteneurs et sacs de collecte des déchets. Les excreta et les vomissures doivent être manipulés avec précautions. Les femmes enceintes doivent être averties et éviter la manipulation des cytotoxiques. Tout contenant cassé doit être traité avec les mêmes précautions et considéré comme un déchet contaminé. L'élimination des déchets contaminés se fait par incinération dans des conteneurs rigides étiquetés à cet effet.

 

Ces dispositions peuvent être envisagées dans le cadre du réseau de cancérologie (circulaire DGS/DH/98 N° 98/188 du 24 mars 1998) en collaboration avec toute structure adaptée et remplissant les conditions requises.

 



Contre indications

Ce médicament est contre-indiqué dans les cas suivants :

- insuffisance rénale ou hépatique grave,

- infections non contrôlées,

- femme enceinte ou qui allaite (voir Grossesse et allaitement),

- association avec le vaccin contre la fièvre jaune, la phénytoïne à visée prophylactique.

 

Ce médicament est généralement déconseillé dans les cas suivants :

- sujet présentant une cardiopathie avec insuffisance myocardique,

- association avec les vaccins vivants atténués (sauf fièvre jaune).



Effets indésirables Zavedos

• Hypoplasie médullaire importante qui peut être responsable d'affections graves voire fatales ;

• Alopécie réversible à l'arrêt du traitement ;

• Troubles digestifs : nausées, vomissements, diarrhée ;

• Stomatites, oesophagites ;

• Elévation des enzymes hépatiques et de la bilirubine dans 20 à 30 pour cent des cas ;

• Rashs cutanés ;

• Troubles du rythme cardiaque aigus, insuffisance cardiaque aiguë ou tardive (rare avant une dose cumulée de 93 mg/m²) ;

• Coloration rouge des urines 24 à 48 heures après le traitement.

 

Comme avec d'autres agents anticancéreux altérant l'ADN, des syndromes myélodysplasiques et des leucémies aiguës myéloïdes ont été observés après traitement combiné incluant une anthracycline.

 

Avec les inhibiteurs de la topoisomérase II, il a été rapporté une incidence plus élevée qu'attendue de leucémies secondaires se présentant comme des leucémies de novo LAM2, LAM3, LAM4. De telles formes peuvent présenter une courte période de latence (de 1 à 3 ans). Ces formes, accessibles à un traitement curatif, nécessitent un diagnostic précoce et un traitement adapté à visée curative(voir Mises en garde et précautions d'emploi).

Précautions d'emploi

Mises en garde

 

- L'administration de ZAVEDOS doit se faire sous stricte surveillance médicale.

- Une surveillance hématologique et cardiaque stricte est nécessaire.

Certaines leucémies secondaires aux agents anticancéreux (voir rubrique "Effets indésirables") peuvent être curables à condition d'une prise en charge précoce et adaptée. En conséquence, tout patient traité par l'idarubicine doit faire l'objet d'une surveillance hématologique.

 

Précautions d'emploi

- L'administration aux doses thérapeutiques induit constamment une myélodépression : une surveillance hématologique sanguine et médullaire très attentive est nécessaire.

- La lyse des cellules leucémiques peut induire une hyperuricémie qu'il convient de surveiller et de prévenir.

- Avant d'entreprendre le traitement antileucémique, il est nécessaire de mettre en oeuvre les mesures appropriées pour contrôler toutes infections systémiques.

- La survenue possible de troubles cardiovasculaires exige un bilan préalable et des contrôles cardiologiques (cliniques, électriques et fonctionnels).

- Il semble indispensable de diminuer les doses chez les sujets atteints d'insuffisance hépatique sévère.



Interactions avec d'autres médicaments

 

En raison de l'augmentation du risque thrombotique lors des affections tumorales, le recours à un traitement anticoagulant est fréquent. La grande variabilité intra-individuelle de la coagulabilité au cours de ces affections, à laquelle s'ajoute l'éventualité d'une interaction entre les anticoagulants oraux et la chimiothérapie ainticancéreuse, imposent, s'il est décidé de traiter le patient par anticoagulants oraux, d'augmenter la fréquence des contrôles de l'INR.

 

Associations contre-indiquées :

 

Phénytoïne (et, par extrapolation, fosphénytoïne )(introduite en prophylaxie de l'effet convulsivant de certains anticancéreux). Décrit pour doxorubicine, daunorubicine, carboplatine, cisplatine, carmustine, vincristine, vinblastine, bléomycine, méthotrexate. Risque de survenue de convulsions par diminution de l'absorption digestive de la seule phénytoïne par le cytotoxique, ou bien risque de majoration de la toxicité ou de perte d'efficacité du cytotoxique par augmentation de son métabolisme hépatique par la phénytoïne ou la fosphénytoïne.

 

Vaccin antiamarile : risque de maladie vaccinale généralisée mortelle.

 

Associations déconseillées :

 

Vaccins vivants atténués (sauf antiamarile).

Risque de maladie vaccinale généralisée éventuellement mortelle.

Ce risque est majoré chez les sujets déjà immunodéprimés par la maladie sous-jacente.

Utiliser un vaccin inactivé lorsqu'il existe (poliomyélite).

 

Phénytoïne (et, par extrapolation, fosphénytoïne ) (en cas de traitement antérieur à la chimiothérapie). Décrit pour doxorubicine, daunorubicine, carboplatine, cisplatine, carmustine, vincristine, vinblastine, bléomycine, méthotrexate.

Risque de survenue de convulsions par diminution de l'absorption digestive de seule phénytoïne par le cytotoxique, ou bien risque de majoration de la toxicité ou de perte d'efficacité du cytotoxique par augmentation de son métabolisme hépatique par la phénytoïne ou la fosphénytoïne.

Associer momentanément avec une benzodiazépine anticonvulsivante.

 

Association faisant l'objet de précautions d'emploi :

 

Antivitamines K : augmentation du risque thrombotique et hémorragique au cours des affections tumorales. De surcroit, possible interaction entre les AVK et la chimiothérapie. Contrôle plus fréquent de l'INR.

 

Association à prendre en compte :

 

Immunosuppresseurs (ciclosporine, tacrolimus, sirolimus).

Immunodépression excessive avec risque de syndrome lymphoprolifératif.



Grossesse et allaitement

ZAVEDOS est contre-indiqué pendant la grossesse et l'allaitement.



Effet sur la conduite de véhicules

Non renseigné.



Comment ça marche ?

Après administration I.V. chez des patients présentant des fonctions rénales ou hépatiques normales, la demi-vie d'élimination de l'idarubicine se situe entre 11 et 25 heures.

97 et 94 pour cent respectivement d'idarubicine et d'idarubicinol, métabolite actif, sont liés aux protéines plasmatiques.

 

Le médicament a été dosé dans les cellules sanguines et médullaires nucléées de patients leucémiques. Ces études montrent que les concentrations cellulaires d'idarubicine atteignent leur maximum quelques minutes après l'injection. Les concentrations d'idarubicine et d'idarubicinol dans les cellules nucléées du sang et de la moelle sont plus de 100 fois supérieures aux concentrations plasmatiques.

 

La valeur extrêmement élevée de la clairance plasmatique totale (0,7 à 0,9 l/min.), bien supérieure au débit hépatique prévu, traduit une élimination lente due à une distribution importante du produit dans les tissus et suggère l'existence d'un métabolisme extrahépatique important.

 

L'idarubicine est en grande partie transformée en un métabolite actif, l'idarubicinol, dont la demi-vie d'élimination est plus lente entre 41 et 69 heures.

La vitesse d'élimination de ZAVEDOS est à peu près comparable dans le plasma et les cellules, sa demi-vie terminale est d'environ 15 heures.

L'idarubicine, métabolisée en majeure partie sous forme d'idarubicinol est éliminée par voie biliaire et rénale.

 

 

 

Pharmapress est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale.Veuillez nous signaler toute erreur ou information incomplète.Merci

 


Voir Aussi :

En un seul Click, accédez à toutes les professions de santé :

 

 

 

Ajouter un commentaire